Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ma recette de base (enfin presque)

Publié le par Ma-L

Ma recette de base (enfin presque)

Sachant qu'une recette de savon, c'est d'abord un mélange de corps gras, les possibilités sont infinies. Je n'ai fait que quelques tests pour le moment, mais ma recette préférée actuellement, c'est ça:

400 grammes d'huile d'olive

80 grammes d'huile de coco hydrogénée

20 grammes de cire d'abeille

70 60 grammes de soude en granulés

150 ml d'eau

Il est absolument recommandé de recalculer la soude à chaque fois qu'on fait un savon. Les calculateurs existent en ligne, le plus connu (et celui que j'utilise) est the sage. Je surgraisse énormément, à la fois par gout mais aussi pour limiter les accidents de soude (trop de soude et le savon sera inutilisable, voire dangereux)

La soude est un produit dangereux: porter des gants, lunettes, vêtements couvrant en matiéres naturelles, protéger son plan de travail, et prévoir un flacon de vinaigre blanc au cas où: l'acidité du vinaigre neutralise l'action corosive de la soude.

Le mode opératoire: préparer la solution de soude en versant la soude dans l'eau. Ca donne un liquide noiratre qui chauffe trés fort. Agiter un peu, pour bien dissoudre. Il ne doit plus rester de poudre à la fin de la dissolution.

Pendant que la soude refroidit, doser les huiles et les faire fondre. J'utilise le micro-onde, mais le bain marie conviendrait tout autant. Préparer également les moules, et les ingrédients supplémentaires s'il y a lieu

Verser ensuite la soude dans les huiles, et mélanger au pied à soupe. L'huile va progressivement disparaitre pour laisser place à un liquide visqueux et jaune pale. Quand il commence à avoir une consistance de mayonnaise, ajouter les autres ingrédients (huiles essentielles, colorants, etc), mélanger à nouveau, et verser dans les moules rapidement.

Le savon sera dur en un à deux jours, il faudra alors le démouler et le découper s'il y a lieu. Il devra ensuite sécher au moins un mois avant toute utilisation (trop frais, il est caustique)

Le savon:

C'est un savon qui prend vite, et donc facile à mettre en forme. Il est assez dur sans être cassant, il mousse trés peu.

Pourquoi ces ingrédients:

L'huile d'olive est un produit facile à trouver, trés stable, dont j'apprécie l'odeur, mais aussi la texture qu'elle donne au savon. On peu d'ailleurs faire un savon à l'huile d'olive pure, le savon de castille

La cire d'abeille est un produit de rêve pour moi. Je suis fascinée par les abeilles, et en utiliser me plait beaucoup. Par ailleurs, c'est un durcisseur dans les savons. J'utilise une cire en paillette trouvée dans un magasin bio, au rayon ménager.

L'huile de coco fractionnée hydrogenée, c'est tout bêtement de la végétaline. C'est également un durcisseur, mais aussi un agent moussant.

Les variations:

Pour le moment, j'ai utilisé cette recette pour:

- un savon au sel et à la lavande

- un savon au calendula

- un savon au thé vert et à la menthe.

Publié dans recettes

Partager cet article

Repost 0

Les recettes de beauté naturelle des paresseuses

Publié le par Ma-L

J'aime bien les livres de recettes, j'adore les feuilleter, prendre de l'inspiration, et faire tout à fait autre chose au final. C'est vrai aussi pour les recettes de cosmétiques: j'achète des livres (un peu), j'en emprunte à la bibliothéque (de temps en temps), et j'en lis en ligne (souvent).

Celui ci porte assez bien son titre: des recettes express, pas beaucoup d'ingrédients dont une partie tirée du placard, et des explications qui prennent une page maximum (écrit gros).

L'avantage, c'est que c'est facile et rapide, et donc trés adapté au "tiens, je me verrais bien faire ça..."

L'inconvénient de toute recette, c'est que forcement, quand on veut les faire, on a jamais tout ce qu'il faut sous la main. Ce livre utilise souvent l'HE de rose qui, comme elle un coûte un bras, n'est pas dans ma palette. Souvent aussi du lait d'amande, mais comme je n'en bois pas je me vois mal en acheter un litre pour 2 cuillère à soupe dans un soin.

J'ai quand même testé (et customisé) deux recettes: un gommage pour les pieds et un gommage visage. Je vous détaille ça prochainement.

Publié dans livres

Partager cet article

Repost 0

Macérat de menthe poivrée

Publié le par Ma-L

macération en cours

macération en cours

Un essai d'opportunité, qui s'est révelé très interessant. J'ai un pied de menthe poivrée qu'il faut régulièrement couper pour lui éviter d'envahir tout le jardin, et je cherche des utilisation pour tiges ainsi cueillies. J'ai déjà testé en sirop (pas mal), en tisane (bon, mais trés fort), en tisane solaire (délicieux, mais ça n'utilise qu'un brin). J'en fait sécher et j'en donne, mais de toute façon j'en ai trop.

J'ai donc laissé flétrir une journée un bouquet de menthe, puis j'ai rempli un bocal des feuilles en tassant un peu (mais pas trop). J'ai versé de l'huile d'olive assez lentement pour que l'air remonte, et j'ai laissé le tout un bon mois au soleil. J'ai filtré avec une mousseline l'huile obtenue, et je l'ai testé.

Nous étions en été, il faisait chaud, j'avais mal aux jambes... je l'ai testée massage et ça a été merveilleux! Effet coup de frais immédiat, un vrai bonheur, et qui durait, qui durait...

Comme l'huile, ça coule et que ce n'est pas pratique, j'ai assez vite transformé une petite partie de mon stock en baume "coup de frais", en ajoutant à peu prés 1% de cire d'abeille (chauffé, of course). Ce baume m'a accompagné tout l'été.

J'ai également détourné quelques cuillères pour un soins gommant pour les pieds, là aussi, je vous en reparle.

Je l'ai ensuite remisé: j'étais enceinte, et la menthe n'a pas bonne réputation pour les femmes enceintes. Même si je ne me suis pas interdit les tisanes, j'ai préféré rester prudente sur la cosmétique.

Dernièrement je me suis retrouvée à cours d'huile d'olive pour faire un savon. J'ai repensé à ce macérat, et je me suis dit "bon, au pire, ce sera raté". Le hasard fait bien les choses: ce savon est un régal de fraicheur... même si je vais le garder pour l'été. Je vous en reparle dans quelques mois.

Il est donc devenu évident que le macérat de menthe poivrée va faire partie de mes essentiels. Je n'en ai plus, il me restait un bouquet de menthe séche, je l'ai converti aussitôt. L'huile d'olive a beau faire partie de mes ingrédients préférés, je ne la trouve pas pratique pour les soins des jambes et des pieds: elle pénétre lentement, et donc on glisse pendant un temps assez long, ce n'est pas trés pratique. Donc cette fois ci je teste avec de l'huile de tournesol, on verra si c'est plus interessant.

Vu l'efficacité de ce macérat, je me demande ce qu'il en serait pour d'autre. Est-ce qu'un macérat de pétale de roses pourrait remplacer l'HE? A suivre...

Edit: le macérat sur feuille séche est à maturité, je l'ai filtré ce soir. Il est aussi efficace, la fraicheur dure plusieurs heure, mais l'huile "filme" toujours un peu. Je vais donc devoir aller à la recherche de l'huile idéale.

Publié dans ingrédients

Partager cet article

Repost 0

Mon premier savon

Publié le par Ma-L

Mon premier savon

J'étais tombée sur potions & chaudrons par hasard, j'y étais retourné encore et encore, et je commençais à me dire "pourquoi pas moi?". Un peu hésitante parce que le procédé n'avait rien a voir avec ce que je connaissais de mes cours de chimie... en même temps le savon fabriqué en première ne donnait pas envie de s'en servir du tout.

J'ai donc minimisé les risques avec une recette trés simple, et en utilisant ce que j'avais sous la main, soit:

un baume karité/cire d'abeille au titrage inconnu (évalué 15 grammes de karité et 5 de cire d'abeille)

400 grammes d'huile d'olive soit la fin de la bouteille

95 grammes d'huile d'arachide pour arrondir le tout

60 grammes de soude cad un surgraissage de plus de 10% histoire de compenser l'imprécision

200 ml de jus d'orange (un fond de bouteille ouvert depuis trop longtemps pour être bu)

HE de camomille romaine et de pamplemousse à la trace (30 gouttes de chaque).

J'ai commencé à battre à la main, et au bout d'un quart d'heure, voyant à peine quelque flocons blancs se former, j'ai renoncé pour passer au pied à soupe. 4 minutes aprés j'avais une pâte trés liquide mais qui ressemblait à la photo.

Coulé dans une brique de lait coupée, et démoulé... 10 jours plus tard! Avant ça c'était encore trop mou. Extrémement facile à couper, d'une consistance de beurre, il a fallu deux mois de cure pour qu'il soit enfin à peu prés solide.

Malgré ce départ un peu poussif, c'est un savon trés agréable, doux pour la peau, hydratant. Il sent trés légérement le pamplemousse, mousse trés peu, et fond à toute vitesse.

Une première expérience réussie en appelle d'autres, non?

Publié dans recettes

Partager cet article

Repost 0