Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

On invente rien

Publié le par Ma-L

On invente rien

Quelqu'un qui sait à quel point j'aime les livres d'éducation ancien m'a offert ce livre là. J'ai eu la curiosité d'aller vérifier comment on y faisait la lessive. Et bien... pas vraiment différemment de ce que je pratique... moui, enfin on oublie la lessiveuse, hein!

On invente rien

Partager cet article

Repost 0

créme visage rose amande

Publié le par Ma-L

créme visage rose amande

L'idée de départ, c'était d'associer deux ingrédients "douceur", pour faire une créme visage à la fois légère et réconfortante. Le résultat n'est pas tout à fait à la hauteur... Je cherchait une texture assez fluide, assez proche d'un lait, du coup j'ai mis davantage d'eau que d'huile et assez peu de cire émulsifiante.

Les ingrédients

Eau florale de rose: 40 ml

Huile d'amande douce: 20 ml

cire émulsifiante n°3: une cuillère à café

L'eau florale de rose est souvent utilisée pour ses propriété anti-âge. Bon, en fait, je la recherche surtout pour son parfum. J'ai eu toutes les peines du monde à en trouver, la plupart du temps l'eau de rose est "aromatisée à la rose", c'est à dire surtout composée d'extrait de géranium (qui a ses vertus aussi, mais bon, l'eau florale de géranium c'est pas vendeur). J'ai fini par en trouver sous la marque Léa nature. Comme le flacon contient déjà un conservateur, je n'en ai pas ajouté.

L'huile d'amande douce est une huile assez légére, dont j'apprécie le parfum, et qui est souvent utilisée dans les soins des tous petits.

Le mode opératoire est une émulsion à chaud.

Prix de la formule

Eau de rose à 7 euros 45 les 200 ml, soit 1,57 euros

Huile d'amande douce à 30 euros le litre à peu prés, soit 60 centimes

Cire numéro trois 19 centimes

Soit environ 2 euros 36.

Le résultat

Le parfum est agréable mais trés léger, la texture pas trés agréable: c'est effectivement fluide sans être liquide, mais c'est aussi assez fuyant. Ma peau tire un peu aprés l'application, ce qui n'était pas l'effet recherché.

Je pense l'utiliser finalement en crème corps (histoire de la finir plus vite pour essayer autre chose).

Et pour la suite:

Trouver une fragrance ou une HE qui puisse renforcer le parfum, travailler sur une texture plus riche, avec probablement une phase huileuse plus importante. Ajouter un colorant (argile?), le côté trés blanc de la créme étant un peu destabilisant pour une créme à la rose.

Publié dans ratages, visage

Partager cet article

Repost 0

HE 1- Bouton de fiévre 0

Publié le par Ma-L

Ça fait un moment que j'en cogne, mon premier amoureux doit d'ailleurs me maudire régulièrement de lui avoir filé (involontairement) cette saleté. Ça fait mal, c'est contagieux, et difficilement contrôlable.

J'ai longtemps utilisé la pommade à base d'aciclovir, qui coute cher et n'est vraiment efficace que les premières heures. Le traitement par comprimé d'aciclovir, que j'arrivais parfois à arracher à mon médecin, était lui efficace le temps du traitement (un comprimé par jour) alors qu'on me l'avait présenté comme une cure d'un mois pour un an de tranquillité.

Un jour j'ai découvert l'homéopathie: j'étais dubitative, mais les trois tubes coutaient 10 fois moins cher que mon tube de pommade, donc ça valait le coup d'essayer. Trois différent à prendre: apis mellifica en début de crise et pour la douleur, rhus toxicendron pour le traitement et mezerum pour la cicatrisation. Assez vite je m'en suis tenue au deux premiers seulement. Là encore, c'était efficace surtout si c'était pris rapidement, mais cerise sur le gâteau, l'apis mélifica atténue grandement les démangeaison et si on y pense pas, on a pas la tentation d'y toucher (et donc d'étendre la zone de contamination).

Il y a peu, j'ai découvert l'HE de tea tree, par hasard. J'avais acheté des couches lavables en boutique, une autre cliente voulait de l'HE de tea tree, et quand je suis arrivée chez moi la bouteille était dans mon sac. Comme j'en avais, je m'en suis servie, au départ seulement pour désinfecter les couches (une goutte sur l'une d'elle en attendant que la machine tourne). Un jour ou je cherchais mon tube d'apis mellifica je suis tombée dessus, et hop.

Autant être honnête, c'est infect. Je suis curieuse de savoir s'il y a des personnes qui apprécient cette odeur. Elle est forte et me fait vraiment penser à un médicament. A l'application c'est loin d'être agréable, ça brule pendant une dizaine de minute (l'odeur, elle, met une bonne demie heure pour s'atténuer). Oui mais... une application, voire deux, et plus rien.

Prochaine étape

concocter un mélange un peu moins agressif au niveau odeur pour en avoir dans mon sac, de préférence en roll-on. Apparemment le gel d’aloès serait aussi conseillé, comme l'HE de niaouli... affaire à suivre.

Publié dans remèdes

Partager cet article

Repost 0

Dans ma trousse de vacances

Publié le par Ma-L

Dans ma trousse de vacances

Je prépare mes valises pour un séjour à la montagne, et du coup je prépare aussi quelques tambouilles. Et ça donne:

- crème mont-blanc choco-coco-noisette (elle a vraiment une tête de crème praliné, mais c'est un beurre corporel), pour lutter contre le froid.

- oléo-gel aprés soleil calendula/aloé. Il fera double emploi: huile corps pour les filles en cas de besoin et aprés-soleil pour les adultes.

- baume à lèvre au chocolat, le tube est déjà dans ma poche mais je prends aussi une boite pour les gourmands qui voudraient tester.

- et le dernier savon des petits qu'il me reste, pour la douche des enfants et la mienne... il ne devrait plus rien en rester à la fin du séjour.

On part à plusieurs, il y en a déjà une qui à l'intention de me piquer mon pot de crème... Les recettes et les impressions viendront un peu plus tard.

Publié dans bavardages

Partager cet article

Repost 0

Savon rigolo au beurre de cacao

Publié le par Ma-L

Savon rigolo au beurre de cacao

L'idée de base était de fabriquer des savons en forme de bonhomme de pain d'épice pour le Noël de mes neveux et nièces. Comme ils ne sont pas très vieux, pas question de faire dans l'expérimental. J'ai donc recherché une recette déjà éprouvée, prévue pour les petits. Pas moyen d'en retrouver l'origine mais tant mieux pour son auteur: je suis plutôt déçue du résultat.

La recette:

140 grammes d'huile de coco hydrogénée

80 grammes d'huile d'olive

40 grammes d'huile d'arachide

40 grammes d'huile de colza

40 grammes de beurre de karité

40 grammes de beurre de cacao

50 grammes de soude

130 ml d'eau

(je rappelle au passage que la soude étant un produit dangereux, des gants, vêtements et lunettes de protections s'imposent et qu'il faut recalculer systématiquement les quantité de soude quand on teste une recette).

Les ingrédients

Pour ce savon particulièrement j'ai privilégié le bio dès que possible. L'huile de colza et d'arachide de mon placard ne sont pas bio, ni l'huile de coco hydrogénée (de la végétaline), que j'ai cherché en bio mais pas trouvée. L'huile d'olive, le beurre de karité et le beurre de cacao sont issus par contre de l'agriculture biologique.

J'utilisais le beurre de cacao pour la première fois. Aroma-zone le vend en bloc, présenté dans une joli boite. je pense qu'a l'avenir j'essayerais d'en trouver en paillettes ou en pistoles: dieux que c'est dur à casser!

le moulage (et le démoulage)

La trace à été rapide, la couleur de la pâte, proche du caramel, assez agréable. La pâte était suffisamment liquide pour que l'opération de remplissage des moules soit facile (ben oui, es moules en forme de bonhomme, c'est plein de coins). J'ai gardé l'excédent de pâte pour tenter un marbrage, j'en reparlerais.

Par contre, le démoulage à été laborieux. Au bout de deux jours les savons me paraissaient suffisamment solides, j'ai donc fait un première tentative. Devant le déformations que subissaient le bonhomme, j'ai abandonné. J'y suis revenu deux jours plus tard, sur le même personnage pour n'en abimer qu'un. Même mésaventure. J'ai donc appelé le froid à la rescousse et ils ont passé 12 heures au frigo. Même s'il y avait du mieux la texture n'était pas assez homogène pour ne pas risque de les déformer. J'ai donc opté pour le congélateur, et là, enfin, j'ai pu les démouler, et le poser très précautionneusement sur le plateau de séchage.

Après décongélation il s'est avéré que certaines parties de mes savons étaient quasi liquides. Apparemment les huiles se sont séparée pendant le temps de repos, occasionnant des différences de dureté et de couleur.

Le bonhomme qui est en photo, rescapé de la période de Noël, est celui qui m'a servi de test de démoulage. Le pauvre y a perdu sa tête.

Le savon

Même si celui de la photo à quelques défaut, l'aspect de savons est plutôt agréable. Ils sont plutôt dur, la couleur n'est pas très homogène et varie entre caramel clair et chocolat au lait. Pas d'odeur particulière, il faut dire aussi qu'il n'y aucun parfum ajouté. Le savon mousse légèrement, et je le trouve un peu sec. Assez comparable à ces savons d’hôtel que j'utilise volontiers pour me laver les mains mais que je trouve trop décapants pour le corps. Je le aie donc présenté comme savons pour les mains et non comme savons de toilette... d'un autre côté rares sont les enfants aujourd'hui qui ne se lavent pas au gel douche.

Ils ont néanmoins reçu un bon accueil. Je n'ai pas encore de retour de utilisateurs.

J'ai emmené mon petit dernier en vacances, et il a servi de savon de toilette pour les trois enfants présent. Pas de souci de sécheresse (et pourtant la quantité de savon par bain était conséquente), et ma Nouchette apprécie de jouer avec la savonnette...ce qui me permet d'avoir une excuse pour resavonner.

Publié dans ratages, recettes

Partager cet article

Repost 0

gel démaquillant à l'agar agar

Publié le par Ma-L

gel démaquillant à l'agar agar

Il y a des jours où on a des idées catastrophiques, et le pire c'est qu'on s'en doute. En passant dans mon supermarché je suis tombée sur de l'agar-agar en sachet. J'étais à la recherche d'un gélifiant, c'en est un, et pourquoi il remplacerait pas de la gomme de guar et est-ce que ça serait pas l'ingrédient que je recherche pour faire un gel démaquillant pour offrir à ma petite sœur...

Hum. Non. C'est pas une bonne idée.

Mais bref, j'ai dilué l'agar agar comme marqué sur le paquet, j'en ai prélevé 20 ml que j'ai redilué pour avoir un gel liquide (ben oui sur le paquet c'est pour faire des gelées), j'ai versé dans un flacon et j'ai ajouté de l'huile d'avocat. J'ai secoué un moment, j'en ai eu marre de secouer donc j'ai laissé reposer... et j'ai donc un flacon biphasé de gel d'agar agar et huile d'avocat.

L'agar agar n'ayant aucun intérêt en dehors du côté gélifiant, je me sers de l'huile d'avocat comme huile visage, c'est bien aussi.

Ça m'apprendra à penser "hum, non, aucune chance que ça marche" et à le faire quand même!

Publié dans visage, ratages

Partager cet article

Repost 0

Papa, c'est quoi cette bouteille de lait?

Publié le par Ma-L

Des moules à savons...

Des moules à savons...

Brique de lait:

Usage unique, pratique, économique, permet de faire des batch de 800g environ. Il faut retailler un peu les savons pour leur donner bel aspect, il ne sont pas régulier, surtout la tranche du fond. J'ai découvert récemment que je me plantais complétement dans mon découpage: plutôt que de couper par le haut, ce qui donne une surface de coulage réduite, il est bien plus intéressant de couper par un côté, en largeur, ce qui donne une grande surface et des possibilité de marbrage beaucoup plus intéressantes.

Utilisé pour:

Mon premier savon

un savon "marbré" au chocolat

Bouteille de lait:

Usage unique, et pas pratique. On ne s'en rend pas compte mais ce type de bouteille est cannelé, un peu comme les bouteilles d'eau minérale, ce qui rend le démoulage pénible et les formes bizarre. A ne pas répéter.

Utilisé pour

un savon au calendula

Moules en silicone:

Ça permet toutes les fantaisies, mais le démoulage n'est pas toujours facile et le séchage est parfois long. N’empêche que c''est irremplaçable.

Utilisé pour

le savon des petits

le savon au sel et à la lavande

Récipient en plastique:

J'avais rien sous la main, j'ai pris un truc sans couvercle qui allait partir à la poubelle, en vérifiant que même qu'il supporterait la chaleur. Avec deux bandes de papier sulfurisé, c'était impeccable... même si la forme évasée n'est pas super pratique.

En attendant, j'hésite pour le "vrai" moule à savon. Un conseil?

Partager cet article

Repost 0

gommage visage express

Publié le par Ma-L

Ouvrir une noix de coco, par Frédérique Voisin-Demery, source Flickr, cc-by http://www.flickr.com/photos/vialbost/6404501009/

Ouvrir une noix de coco, par Frédérique Voisin-Demery, source Flickr, cc-by http://www.flickr.com/photos/vialbost/6404501009/

Une nouvelle recette adaptée du livres "les recettes de beauté naturelle des paresseuses".

Ingrédients

1 cc poudre d'amande

1 cc noix de coco râpée

1 cc sel fin

1 cc macérat de calendula (huile d'olive) (remplace lait d'amande)

2 gouttes d'HE de camomille romaine (remplace 1 goutte d'HE de bois de rose)

J'ai pas de lait d'amande, et je me vois mal ouvrir une brique parce que j'ai besoin d'une cuillère à soupe. Bon, je suis certaine qu'on peut faire des tas de choses avec du lait d'amande, mais pour l'instant, je n'ai pas investit. Ceci dit j'en ai trouvé en briquette, donc, peut-être, un jour...

Mais comme les quantités me paraissaient trop importante pour un seul gommage (il faut un pois chiche de produit, là j'ai quand même trois cuillère à café), j'ai préféré utiliser de l'huile comme liant, qui permet une meilleure conservation. Le macérat de Calendula, anti inflammatoire, cicatrisant, adoucissant, on pourrait trouver pire.

Je n'avais pas d'HE de bois de rose, du coup j'ai fouillé dans ma (toute) petite collection et j'ai trouvé la camomille romaine. Quand je vois camomille je pense aux produit Yves Rocher de ma grand mère, ça me parait forcement bien dans un soin. J'ai vérifié, adoucissante et calmante, ça me va pour un soin que j'utilise le soir. Bon, j'ai la main qui a tremblé, je voulais mettre une seule goutte, pas deux.

Je suis un peu surprise de voir de la noix de coco râpée dans un soin du visage (ça me parait un brin agressif), mais bon, je suis là pour tester.

Résultat

J'aurais pu suivre mon idée: la noix de coco râpée est effectivement trop dure pour un gommage visage. A vrai dire même un gommage corps j'hésiterais (j'ai d'ailleurs souvenir d'un savon Lush à la noix de coco pas particulièrement terrible). Par contre le mélange poudre d'amande + sel fin est impeccable, je l'adopte.

Je ne sais pas si c'est la camomille ou la noix de coco qui fait que je chauffe fort pendant une petite heure après le gommage. A restester.

Je suis moyennement fan de l'odeur de camomille, trop verte à mon gout, rien à voir avec la crème de ma grand-mère (qui devait sans doute plus aux sommités de camomille, au moins en inspiration). Par contre, imagination ou pas, je dors bien, après ce gommage là.

Et pour la suite?

Garder la formuler amande/sel/huile, qui me convient, et varier les HE et les huiles.

Publié dans livres, visage, ratages

Partager cet article

Repost 0

Il y a des jours comme ça ou on se paye une sacrée crève, et forcément c'est

Publié le par Ma-L

Il y a des jours comme ça ou on se paye une sacrée crève, et forcément c'est dimanche et la pharmacie n'est pas ouverte, on va tout de même pas aller déranger le médecin de garde pour un gros rhume, non? Non. Mais du coup on fait n'importe quoi, on pioche dans les huiles essentielles sans trop vérifier à quoi elle servent, on mélange tout avec de l'huile et de la cire d'abeille pour faire un baume et on l'utilise... et ça marche. Je l'applique et pendant une heure je peux respirer par le nez, un vrai bonheur. Pas au point de récupérer mon odorat donc je sais même pas ce que ça sent, un comble pour de l'aromathérapie! Et pas d'irritation non plus, ouf, au moins une des HE était dermocaustique, j'en ai pas trop mis heureusement. Bon, non, je vous donne pas la recette faut pas charrier, mais vu que ça marche je vais plancher sur ce que j'ai mis et une fois arrivé à un truc présentable, je vous le présente.

Il y a des jours comme ça ou on se paye une sacrée crève, et forcément c'est dimanche et la pharmacie n'est pas ouverte, on va tout de même pas aller déranger le médecin de garde pour un gros rhume, non? Non. Mais du coup on fait n'importe quoi, on pioche dans les huiles essentielles sans trop vérifier à quoi elle servent, on mélange tout avec de l'huile et de la cire d'abeille pour faire un baume et on l'utilise... et ça marche. Je l'applique et pendant une heure je peux respirer par le nez, un vrai bonheur. Pas au point de récupérer mon odorat donc je sais même pas ce que ça sent, un comble pour de l'aromathérapie! Et pas d'irritation non plus, ouf, au moins une des HE était dermocaustique, j'en ai pas trop mis heureusement. Bon, non, je vous donne pas la recette faut pas charrier, mais vu que ça marche je vais plancher sur ce que j'ai mis et une fois arrivé à un truc présentable, je vous le présente.

Partager cet article

Repost 0

Less is more

Publié le par Ma-L

Je fais ce que je veux... avec mes cheveux

Trés longtemps j'ai eu des cheveux magnifiques. Ils poussaient facilement, ils tombaient bien, ils étaient épais et souple, ils se prêtaient à toutes les coiffures et résistaient à tout mes caprices. Je les ai attachés avec n'importe quoi (des crayons, des cuillères à thé), je leur ai fait supporter le shampoing à l'eau de ruisseau, la piscine et même une permanente, ils me passaient tout.

Et puis, un jour, ça s'est terminé. J'ai commencé par en perdre, ils ont changé de texture, sont devenu fins, cassant, frisottant pour un rien. J'ai essayé les bains d'huile, les masques, les lotions de pharmacie, les shampoing de grande surfaces, les shampoings de coiffeur. J'ai fait couper mi long, court, laissé repousser, recouper, dégrader. J'ai incriminé la génétique, la piscine, les hormones. J'ai arrêté de les attacher puis j'ai mis des barrettes. J'ai cru aux promesses des étiquettes et a celle des livres sur la grossesse.

Et puis un jour j'ai laissé tomber. Quoi que je fasse, ça ne ressemblait à rien. Autant mettre mon énergie sur autre chose.

J'ai décidé de me laver les cheveux quand ils étaient sale, et point. Et ça, à ma grande surprise, ça veut dire moins d'une fois par mois. Bon, j'essaye de les shampouinner aprés la piscine, quand même, si j'y arrive. Comme j'y vais surtout avec des enfants en bas âge, à la piscine, c'est pas toujours ma priorité.

Et bizarrement, ça va mieux. Bon, non, j'ai pas retrouvé ma chevelure de sirène. Mais avec un carré court c'est présentable, à peu prés.

J'ai arrêté tout les aprés-shampoings. Je soupconne le silicone d'avoir agravé le problème. Quand j'ai refusé le soin chez le coiffeur j'ai du coup pas eu droit au massage, mais c'est pas grave, la prochaine fois je réclamerais.

J'aimerais bien essayer de faire du shampoing solide... mais pour l'instant j'en ai du commerce, et au rythme ou je l'use... rendez-vous dans dix ans...

Publié dans bavardages, cheveux

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>