Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Savon liquide de refonte

Publié le par Ma-L

Je vais profiter de ce billet pour parler du blog de Vanessa Hairy, qui est l'un de ceux que je visite avec beaucoup de plaisir. J'aime beaucoup sa démarche, sa simplicité et le côté pratique de son blog. Je me retrouve assez dans ses recettes, et quand j'ai vu celle là j'ai eu tout de suite envie de lui piquer.

A un bémol près tout de même. La texture de ma lessive ayant tendance à évoluer dans le temps, j'avais un peu peur qu'il en soit de même pour le savon. Se retrouver avec un savon liquide gélifié ou grumeleux n'est pas des plus vendeur.

J'ai donc attendu un peu, et comme d’après ce que j'ai lu quelques semaines après elle en est toujours contente, je me lance.

Bon, bien entendu, suivre une recette, moi? Jamais!

Le mode opératoire

J'ai profité de ce que j'avais de la lessive à refaire pour faire également ce savon liquide. Si la marche à suivre (savon râpé dans de l'eau chaude) est la même, le rapport de dilution, lui, était différent. J'ai passé près d'un quart d'heure à faire des règles de trois pour finalement me dire que le plus délicat c'était le savon liquide et qu'il valais mieux se caler dessus pour diluer. Donc hop, 200g de savon râpé dans 1 litre d'eau bouillante, et on attends que ça fonde.

Pour la lessive j'utilise n'importe quoi comme savon, mais là hors de question d'utiliser un savon caustique. J'ai choisi le savon de Tahiti, surtout parce que j'avais des chutes conséquente. C'est celui que j'utilise pour la douche actuellement.

J'ai un peu hésité à cause de l'HE, mais en réfléchissant... une cuillère à café dans quasiment 500 g d'huile, redilué dans de l'eau... ça fait pas lourd. Je pense que ma Nouchette va pouvoir y survivre, compte tenu qu'elle utilisera ce savon au plus 2 fois par jour (et qu'il sera rincé).

Bref, j'attends que ça se dissolve et c'est long, j'en prélève à peu prés 200 ml, le reste va dans la lessive, et j'attends que ça refroidisse. Il est tard, ce sera froid demain.

Le lendemain c'est bien froid, mais c'est aussi figé. Flute. Je mélange, ça s'arrange, mais c'est pas encore ça. Du coup je filtre avec une mousseline, et là, c'est bon (il n'y a pas de résidu dans ma mousseline, je suppose que j'aurais pu mixer pour le même résultat.

J'ajoute 3 cuillère à café de glycérine, je mélange, une pointe de couteau de gomme de guar, je mélange... on voit pas bien avec la mousse mais apparemment la gomme fait des paquets. Zut.

Je mélange un peu plus énergiquement, ça commence à épaissir. Je saupoudre la deuxième pointe de couteau de gomme, j'arrive à une viscosité certes moindre que l'ancien pousse mousse, mais correcte.

On va pas trop chercher, non?

Donc je verse dans le flacon. C'est pas transparent donc un peu moins joli (j'ai préféré pas rajouter de colorant, je ne les maitrise pas assez).

Savon liquide de refonte

Le résultat

Au bout de 15 jours d'utilisation, ça marche plutôt bien et la pompe fonctionne toujours (preuve que ça ne solidifie pas). Je suis pas fan de l'odeur mais elle est moins forte que celle du précédent savon (et du coup quand je me lave les mains avant de manger j'ai plus l'impression de devoir rincer des heures). J'ai aussi les mains plutôt moins sèches, il me semble. Adopté (enfin vu notre consommation de pousse mousse faudra pas en faire avant des mois).

Le coût:

Ici j'ai utilisé des chutes, donc je ne compte pas le savon.

glycérine, environ 10 centimes

gomme guar, environ 20 centimes.

Soit 30 centimes pour l'ensemble (plus électricité et eau). C'est rentable

Et pour la suite:

Essayer de convaincre mon homme qu'il pourrait utiliser ce genre de chose pour sa douche (pour le moment, c'est non). Voire en brocante si je peux trouver des distributeurs de savon, histoire d'en mettre un aussi dans la salle de bain (voire d'en offrir...). Et refaire la recette avec un autre savon (tiens, pourquoi pas un savon au miel...mouis enfin là c'est juste histoire d'avoir une excuse pour refaire un batch, presque)

Publié dans recettes, corps

Partager cet article

Repost 0

Eau de Ninon

Publié le par Ma-L

Eau de NinonEau de Ninon

Dans le livre "créez vos cosmétiques bio", une recette de lotion toute simple m'a fait de l'oeil. Il s'agit tout simplement de mélanger moitié eau de rose et moitié eau de fleur d'oranger. Selon le livre, ce serait la recette de l'eau de beauté de Ninon de Lenclos.

Bon, aprés quelques recherche, il y aurait plusieurs recette pour cette eau là mais aucune aussi simple. Qu'importe, j'ai les deux hydrolats, ça se teste.

Les ingrédients:

L'eau de rose: tonifiant, anti-ride

L'eau de fleur d'oranger: régénerant, illuminateur, apaisant

extrait de carmin alimentaire (scrapcooking): une pointe de couteau.

Pas de conservateur: à priori les hydrolats en contiennent déjà.

Je ne détaille pas la mise en oeuvre, rien n'est plus facile. Le plus long était encore de stériliser le contenant. J'ai ajouté le colorant aprés coup, le fait que ma lotion soit transparente ne me plaisait pas. Ceci dit maintenant elle est rouge grenadine, c'est curieux aussi.

Le coût:

Les eaux florales coutent dans les 10 euros les 200 ml, donc 1 euro les 20 ml

Le résultat:

L'odeur est assez forte, fleurie, j'étais un peu déçue au départ car je ne reconnaissais ni la fleur d'oranger ni la rose. Mais en quelques minutes les senteurs se sont développées et j'ai pu en profiter.

Ma peau était toute douce, sans tiraillement ni chauffe. Au final un soin plaisir, comme j'en avais envie. Au vu de la couleur j'avais un peu peur de virer poupée russe, mais non, pas de transfert, tout va bien. Par contre le colorant est dispersé, pas dilué, donc si je ne m'en sert pas quelques jours la couleur se dépose au fond.

Pour l'effet anti-ride, même si je commence à en voir quelques unes, je ne pense pas utiliser le produit assez souvent pour pouvoir vraiment constater son efficacité.

Et pour la suite:

Ça sent tellement bon que j'ai envie de l'utiliser aussi en crème pour le corps. Essayer l'hydrolat d'hibiscus pour colorer.

Publié dans visage, livres

Partager cet article

Repost 0

J'ai descendu dans mon jardin

Publié le par Ma-L

J'ai descendu dans mon jardin

Quand nous avons acheté la maison, dans nos critères, il y a avait un petit jardin, assez grand pour y mettre une petite pelouse et y faire pousser quelques herbes et légumes. J'imaginais déjà mon potager, avec quelques pieds de tomates et des plantes qui poussent toutes seules, comme les courgettes et les potirons.

Au bout de plusieurs années d'effort et d'expérimentation, j'ai déchanté. Un jardin de ville, c'est un jardin entouré de murs. Beaucoup d'ombre, pas grand chose qui pousse. La plupart des plantes potagères sont gourmandes en soleil. Et le mien est envahi de limaces: j'ai bien réussi à avoir des tomates, mais elle n'ont jamais eu le temps de murir!

Par contre les orties, le liserons et le pissenlit s'y trouvent bien. Le pissenlit c'est pas mauvais en salade, avec des lardons, mais c'est très très long à éplucher, les orties c'est pas mauvais en soufflé mais la aussi c'est long à préparer, et le liseron... non, j'ai rien trouvé à en faire...

J'envisageais donc de passer tout en herbe, à par le coin des aromatique (la ciboulette se resème toute seule, le thym et la menthe s'étendent), et de mettre des bulbes dans la pelouse. Nouchette et Pommpomm adorent planter des bulbes dans la pelouse, et avec de la chance quelques uns survivent au limaces (et sont dans le bon sens).

Sauf qu'en parcourant les blogs des uns et des autres, mon petit jardin où rien ne pousse comme je voudrais serait un bon réservoir pour les tambouilles. Du coup je me remets au jardinage. J'ai déjà:

Des orties. C'est pas compliqué à récolté même si ça pique (même fané, et même sec: ça n'irrite pas mais ça pique)

De la menthe poivrée: j'en utilise en tisane et en macérat

Du thym, que j'utilise en cuisine, mais peut-être qu'en cosmétique il y a quelque chose à en faire...

Et j'ai planté:

de la lavande (lavandula augustifolia, appelée aussi lavande vraie et lavande officinale), pour mettre dans des savons, faire des macérats...

de la sauge, en tisane pour apaiser les douleurs de régles

un géranium citronnelle (a vrai dire j'adorerais en avoir de plein de sorte, ça existe même au chocolat, mais ce n'est pas facile à trouver), on peut l'utiliser dans la cuisine donc on doit pouvoir aussi dans les tambouilles

des soucis ou calendula. J'utilise beaucoup de le macérat de calendula pour les produits pour les enfants. Bon, c'est pas la première fois que j'essaye et ça n'a jamais poussé, mais bon...

Et j'envisage aussi:

Un rosier: pour l'instant je profite de celui du voisin qui déborde sur la clôture, pour mon plus grand plaisir.

De la bourrache: fait de joli fleurs et on peut en faire des salades, j'en avais déjà planté... mais c'est un brin envahissant

Publié dans bavardages

Partager cet article

Repost 0

savons gommage

Publié le par Ma-L

Quand j'ai vu cette recette de Nepheli, je me suis aussitôt dit "ça, c'est une idée". Puis je l'ai relue et je me suis demandée si elle était tranposable en SAF.

J'ai donc profité de mon dernier savonnage pour tester. Au lieu de racler mon pot avec du sopalin avant de passer à la vaisselle, j'ai saupoudré de sucre les traces de pâte restantes, et j'ai façonné de petites boules avec ce que j'obtenais. En prenant tout (pot, cuillère, spatule), j'avais de quoi faire trois boules de la taille d'une noix.

Je les ai ensuite mises en cure pour un mois, parce que bon, pas de blague, c'est quand même de la soude caustique qu'il y a la dedans!

On dirait des raffaello... à l'Ylang-ylang

On dirait des raffaello... à l'Ylang-ylang

Après une cure de 5 semaines, j'ai testé. J'étais un peu impatiente donc je les ai même testé avant le savon! Et là... pfff.

C'est facile à utiliser. On mouille, on écrase, on frotte. Je trouve ça moins pratique que le gommage crème ou gel mais y'a pas à dire, c'est facile. Mais...

Comme dirait Cicile, j'avais l'impression de me rayer la peau! trop abrasif, le sucre cristallisé, sans le secours d'une crème pour l'enrober.

Bon, ben tant pis. Je garde l'idée quand même, reste à trouver l'agent gommant compatible.

Des idées?

Partager cet article

Repost 0

Ce qui aurait pu être un savon marbré

Publié le par Ma-L

d'aprés le blog de Kfée, il se pourrait que les points blancs soient du karité non saponifié.

d'aprés le blog de Kfée, il se pourrait que les points blancs soient du karité non saponifié.

Un ratage en entrainant un autre (enfin, parfois), j'ai voulu utiliser le reste de pâte du savon rigolo pour les petits pour faire un marbrage à l'assiette. Il s'agit de verser au centre d'une assiette creuse des pâtes de couleurs différentes les unes après les autres de façon à créer des cercles concentriques, puis de reverser le contenu dans le moule final, les pâtes se mélangeant alors de façon aléatoire.

Je n'avais pas beaucoup de pâte, je pensais faire quelque chose tenant plus du marbré au chocolat que du marbre de Carrare. Je voulais rappeler le beurre de cacao et donc utiliser du cacao en poudre comme colorant; Avec le léger espoir que le parfum du savon rappelle le chocolat.

J'ai donc:

Séparé mon reste de pâte en deux

Coloré la moitié de la pâte avec une cuillère à soupe de cacao

première erreur: au vu du savon final, c'était manifestement beaucoup trop par rapport aux quantités.

Reversé la pâte colorée dans la pâte, en une fois

seconde erreur: l’intérêt de la technique consiste justement en l’alternance de couches fines de savons différents.

Versé le mélange obtenu dans le moule (brique de jus de fruit lavée et séchée), et attendu que ça fige suffisamment.

Le découpage à été particulièrement décevant. La quantité de pâte faisait que les savons étaient minuscule, plus de l'ordre du savon d'invité que de la savonnette. La texture était irrégulière, et le marbrage inexistant. Le séchage laissait augurer le pire: les petits dépôts blancs, là, sur la photo, ce ne serait pas de la soude non dissoute? Et vu la densité de la couleur, ne risquait on pas de se retrouver avec les mains marron lors du savonnage?

J'ai utilisé quelques temps un savon coloré au charbon qui moussait noir, et je doit dire que se noircir lorsqu'on se nettoie est assez déstabilisant et, je trouve, désagréable.

Mais en fait nous. Au test le savon est tout à fait correct, sans coloration particulière, sans odeur non plus à vrai dire. Comme il suffit de dire "chocolat" pour intéresser tout le monde, ce petit savon s'est octroyé un succès de curiosité.

Partager cet article

Repost 0

Savon de recyclage

Publié le par Ma-L

Le principe d'un savon de recyclage, c'est d'utiliser des huiles dont on ne fera rien d'autre. Mon premier savon était un savon de recyclage. J'avais piqué l'idée sur potion et chaudron, même si la version de Michèle est beaucoup plus allèchante que les miennes.

A l'origine de celui là, il y a une amie qui me dit "je suis verte, mon huile de jojoba à rançi, tu sais en faire quelque chose?". Mon point de vue est que l'huile est tellement dénaturée dans le savon que le rancissement devrait passer inaperçu. Donc oui, je peux la mettre dans un savon.

Et dans ce savon, je mets quoi? Jojoba, ça m'évoque des destination lointaines, des iles, du coup je pense à de l'huile de coco (fractionnée, probablement), à du monoï... Tiens justement j'ai un demi flacon d'huile pour cheveux que je n'utilise pas... et de l'HE d'Ylang Ylang. Donc vendu.

La formule

C'est un savon de reste, donc dedans il y a de tout... et un peu n'importe quoi:

- Les ingrédients simples

Huile de jojoba: 30g

Huile de sésame: 30g

extraite d'un pot de tahin dont j'ai jamais rien su faire en cuisine

Huile de colza: 30g

comme ça la bouteille est finie

Huile de coco fractionnée hydrogénée: 200g

soit le reste d'un pain déjà entamé

- les ingrédients composés

huile pour cheveux "soleil des iles": 50g

J'ai de la chance, l'inci est presque précis puisqu'ils affichent 50%de monoï. Le reste est... non, mieux vaut pas savoir, mais surtout de la paraffine liquide. J'apprends pour l'occasion que non, la paraffine n'est pas une huile - donc n'est pas saponifiable.

Ce qui donne: huile de coco vierge: 25g

Barre de massage lush Thérapie: 50g

Acheté comme soin hydratant pour ma grossesse, mais non, vraiment, je ne suis pas fan de l'odeur. Donc plutôt que d'attendre qu'elle disparaisse par magie, autant récupérer la boite. A priori c'est du beurre de cacao et du beurre de karité, probablement dans des proportion proches. J'ai préféré considérer que c'était du karité pur pour le calcul de soude, puisque c'est le beurre qui consommait le moins de soude

Ce qui donne: beurre de karité: 50g

Baume pour les mains raté: 40g

Décidément non je ne veux pas m'en servir, l'avantage c'est que c'est ma formule et que donc je sais ce qu'il y a dedans... à la cuillère.

Ce qui donne:

huile de tournesol: 13g

beurre de karité: 13g

huile de coco vierge: 13g

- ajout à la trace

1 cuillère à café d'HE d'Ylang Ylang

2 cuillères à soupe d'argile rose (montmorrillonite) pour le marbrage.

Calcul avec the sage: plus ou moins 110 ml d'eau et 70g de soude, pour un surgraissage à 8%. Je surgraisse énormement mes savons, mais avec une formule aussi peu précise c'est indispensable si je ne veux pas qu'il parte directement à la lessive.

on, en fait 8% c'est pas si énorme, j'en ai vu des qui surgraissait courament à 12%. Et c'est d'autant moins énorme qu'ayant confondu coco hydrogéné et coco fractionné, ma formule était fausse.

formule du savon calculée par the Sage

formule du savon calculée par the Sage

D'aprés Soap calc ce sera un savon dur, bien lavant, bien moussant. Bon.

La réalisation

J'ai préparé la soude (deux fois puisque la première j'ai oublié qu'il fallait mélanger en versant, j'ai donc obtenu un caillou qu'il a fallu ensuite dissoudre dans deux litres d'eau, mes canalisations doivent être impeccables), et j'ai fait fondre les huiles.

J'ai ensuite préparé le moule. En général j'utilise des briques de lait, mais n'en ayant pas sous la main je me suis rabattue sur un récipent en plastique résistant à la chaleur. Pour faciliter le démoulage, j'ai scotché deux bandes de papier cuisson le long du moule. J'ai également ajouté un morceau de carton pour préparer mon marbrage (hem...)

le moule équipé

le moule équipé

Puis j'ai versé la soude dans les huiles, et sorti le mixer. La trace est venue trés vite. Trés trés vite. J'ai a peine eu le temps de redonner un coup de mixer pour mélanger l'huile essentielle que déjà une phase gel commençait! Mon marbrage s'annonçait mal.

J'ai quand même versé (à la truelle) la moitié de ma pâte, remixé un coup pour ajouter l'argile, et tassé le reste de ma pâte à savon. J'ai ôté le séparateur, mélangé un petit coup sans grande conviction avec une baguette chinoise, et j'ai entrepris de saupoudrer mon saladier de sucre, mais ça c'est une autre histoire.

La découpe

5 heures plus tard le savon était encore tiède mais déjà dur, j'ai entrepris la découpe avant qu'il ne devienne cassant. Le marbrage n'est pas ce que j'espérais mais c'est moins catastrophique que ce que je craignais, donc... ça ira. Le savon suinte un peu, je suppose que c'est la paraffine qui s'exprime.

Le démoulage est facile, le marbrage, par contre, pas tout à fait celui espéré... mais finalement, le résultat est honêteLe démoulage est facile, le marbrage, par contre, pas tout à fait celui espéré... mais finalement, le résultat est honêteLe démoulage est facile, le marbrage, par contre, pas tout à fait celui espéré... mais finalement, le résultat est honête
Le démoulage est facile, le marbrage, par contre, pas tout à fait celui espéré... mais finalement, le résultat est honête

Le démoulage est facile, le marbrage, par contre, pas tout à fait celui espéré... mais finalement, le résultat est honête

Le résultat:

Et ben c'est pas mal! Et c'est même assez bluffant. C'est un savon un peu trop décapant à mon goût (vu l'erreur de calcul), mais rien de dramatique et je pense même m'en servir. Côté odeur l'ylang ylang s'est éventé un peu pendant la cure, c'est supportable. Le marbrage donne vraiment un effet marbre, c'est vraiment joli.

Je pense me servir des chutes pour tester le savon liquide de refonte

Partager cet article

Repost 0

Crème mont blanc

Publié le par Ma-L

Pour partir en vacances, j'avais besoin d'une crème très riche (pour réparer les ravages froid/soleil), hydratante et de préférence qui sente bon. Comme il était probable qu'on m'en pique un peu (je sais pas si ma sœur a testé mais ma mère est repartie avec le pot), j'avais vu grand. Et comme je n'avais droit qu'à un essai (ben oui, fallait aussi faire les valises), j'ai blindé la recette (pas moyen de retrouver sur quoi j'ai copié, mais j'ai copié).

Les ingrédients

60 ml eau de montagne

25 ml de mélange d'huile

10 ml cacao 20 ml coco 40 ml noisette

2 cuillères à café de cire n°3

20 gouttes pépin de pamplemousse

10 goutte de fragrance choco-coco (absolubio)

Crème mont blanc

Le mode opératoire

J'ai préféré être (un peu) précise cette fois ci, j'ai donc procédé en deux étapes: d'abord faire fondre les huiles ensemble (doser le beurre de cacao non fondu est juste une gageure, je milite pour le beurre de cacao en paillette comme la cire d'abeille), et ensuite mesurer ce que je voulais dans le mélange. Comme il m'en a fallu à peu prés la moitié, j'ai de quoi en refaire une deuxième fois, c'est impeccable.

Je m'attendais à ce que mon reste d'huiles prennent une forme baume, mais non, les huiles solides font des perles dans le fond du pot.

J'ai ensuite ajouté ma cire émulsifiante au huile, mis l'eau dans un autre flacon, le tout au bain marie, et à la fonte de la cire, on met tout ensemble et on mélange.

Ajout du conservateur et de la fragrance en fin de course. J'avais prévu de mettre davantage de fragrance mais comme mon mélange d'huile était déjà bien parfumé j'ai réduit la dose.

Le prix:

6 cts d'eau

23 cts de beurre de cacao

52 cts d'huile de coco

32 cts d'huile de noisette

40 cts cire n°3

1 cts d'EPP

15 cts de fragrance

Soit 1,69 euros (ajouter 1,35 euros pour le contenant)

Et le résultat:

Un vrai beurre corporel, onctueux, qui s'étale bien et pénètre vite, même s'il laisse une trace légèrement collante (beurre de cacao?) pendant quelques minutes. Ça sent bon et c'est joli, ce qui ne gâte rien.

on dirait vraiment de la crème pralinée

on dirait vraiment de la crème pralinée

Et pour la suite?

Garder la recette, l'adapter, la refaire, la décliner (en gommage)... plein de chose. Mais changer de conservateur: le résultat est trop bien pour en jeter si ça vire (et l'EPP n'est pas un très bon conservateur).

Publié dans corps

Partager cet article

Repost 0

baume express pour les mains

Publié le par Ma-L

abeille butinant une fleur d'oranger - Guy Moll - flickr - licence CC-BY

abeille butinant une fleur d'oranger - Guy Moll - flickr - licence CC-BY

On pourrait croire que faire des cosmétique donne des mains de rêve, c'est vrai, quoi, à force de tester des crèmes et de se tartiner. Ben en fait... entre la vaisselle, le filtrage de lessive de cendre et quelques brulures légéres dûe à un peu de précipitation (la patience et moi...), mes mains sont plutôt en piteux étât (la prochaine fois que je filtre de la lessive de cendre, ce sera avec des gants!). Je me suis donc mise en tête de me tambouiller un petit quelque chose bien gras, plus efficace que le fond de tube de crème pour les mains que j'ai encore et qui n'avait pas le niveau pour réparer tout ça.

J'avais dans l'idée de faire une créme, mais voilà, mon émulsifiant était inacessible pour cause d'enfant qui dormait (ou plutôt ne dormait pas) à proximité du placard...donc c'est devenu un baume.

Le projet

Un baume consistant et souple, parfum fleur d'oranger avec une petite touche de rose, trés nourrissant et réparateur pour mes petites mains bien abimées.

Les ingrédients

2 cc de coco (qui sent super bon)

2 cc de karité

2 cc de macérat de rose (tournesol sur pétale séché, parfum trés léger)

6 gouttes de fragrance néroli (absolubio)

La cire étant elle aussi inaccessible j'ai décidé de ne pas en mettre, supposant que karité + coco (une huile solide + un beurre) suffiraient pour la texture.

Le mode opératoire

J'avais pensé a une trituration, mais n'ayant pas de patience et un pot mal adapté (col trop petit), j'ai finalement tout fait fondre au micro-onde, par tranche de 30 secondes, avant mélanger au bain marie-froid et de rajouter la fragrance. A ce stage, j'avais un liquide transparent qui sentait l'agrume... hum hum.

J'ai laissé refroidir encore en regardant un épisode de docteur House, une heure plus tard donc j'avais toujours un liquide incolore... Bon. Je teste quand même, ça pénetre pas trop mal mais... ça sent pas du tout la fleur d'oranger.

Un peu découragée, je vais me coucher, et le lendemain je constate que ma crème à enfin pris. Ouf!

Le résultat

Un baume translucide, trés glissant, pas super agréable au contact pour moi, mais qui fait le job (trois applications et mes mimines vont plutôt mieux). La fragrance est plutôt orange que fleur d'oranger, ça ne me plait pas du tout et ce n'est pas ce que je voulais. Bref, un petit pot qui va partir en savon dans pas longtemps, parce que c'est pas du tout ce que je cherchais.

Et pour la suite

Garder la formule karité/coco/huile fluide qui est efficace, mais la texturiser autrement (émulsion ou ajout de cire), et trouver une fragrance fleur d'oranger!

Si vous en connaissez je suis preneuse!

Publié dans corps, ratages

Partager cet article

Repost 0

essai de dilution de savon noir

Publié le par Ma-L

J'étais tranquillement en train de lire le blog de Ka-fée, quand je suis tombée sur le tuto "faire du savon liquide". Ca tombe bien, du savon liquide, je vais en avoir besoin: à mon avis mon cher est tendre n'est pas prêt à se priver de gel douche pour me donner le plaisir de tambouiller, et le pousse mousse dans la cuisine, c'est presque une institution.

Je parcours donc la recette. Il faut de la potasse, du temps, de la patience. J'ai pas de potasse, pas trop de temps et pas beaucoup de patience, mais... tiens, au fait, le résultat avant dilution ressemble beaucoup à du savon noir, tiens... Est-ce que par hasard ce ne serait pas de la même famille? A ben si, oui, c'est ça!

Et du savon noir, ça, j'en ai! Un cadeau de ma frangine pour aller au hammam, sauf que je vais pas assez souvent au hammam pour tout utiliser. Je le trouve aussi assez agressif, et comme je préfére les gommages à grains... il ne sort pas souvent de son placard.

essai de dilution de savon noir

Le tuto dit bien: mollo sur la dilution. Au pire, on peut rediluer, mais surement pas concentrer. Et comme il ne faut pas mélanger (ou trés peu, sinon ça mousse), patience. Je verse à peut prés 20 ml d'eau bouillante sur deux cuillère à café de savon, et j'attends. Au bout d'une semaine, le résultat est un tas de gélatine dans de l'eau, qui sent fort l'eucalyptus. Je mélange, je laisse reposer. Un semaine aprés, j'ai une masse de gel épais, pas trés homogéne.

pas tout à fait appétissant

pas tout à fait appétissant

Je redilue à l'eau bouillant. J'ai à peu prés doublé le volume, je suis donc grosso modo à 1/4 savon noir, 3/4 eau. J'attends encore deux semaines, en mélangeant une fois, et j'obtiens un liquide à peu prés régulier, pas tout à fait aussi consistant que je le voudrais, mais tout à fait utilisable.

essai de dilution de savon noir

Reste à tester. Bon, pas de surprise: décapant solide, décapant liquide. La dilution est donc bien une réussite, mais j'hésite un peu à me lancer dans la potasse. Prochaine étape: des tests pour améliorer ce savon là.

Publié dans recettes

Partager cet article

Repost 0

Savon à la lavande et au sel

Publié le par Ma-L

En vrai, il est pas doré, mais jaune trés päle

En vrai, il est pas doré, mais jaune trés päle

Au détour d'un blog, je lis "et pourquoi pas un savon au sel". Savon au sel? Savon au sel? Jamais entendu parler de ce machin là, moi! Ça pique ma curiosité, je me renseigne, étudie quelques recettes, et je me lance.

Le sel apporte apparemment des propriétés antiseptique et antifongique. Bon, ça me fait une belle jambe, en fait. Mais ça me donne envie de l'associer à la lavande, qui a aussi des propriété antiseptique entre autres (et dont j'aime le parfum, aussi).

La recette

J'utilise ma recette de base, et j'ajoute à la trace:

400g de sel fin de cuisine(la plupart des expériences lue font état de savon trop friable avec un ratio huile=sel)

2 cuillères à café d'HE de lavande vrai

Une petite poignée de fleurs de lavande (qualité culinaire)

La pâte est très épaisse, assez proche du sable mouillée en texture. Je la verse dans des moules individuels: mes recherches indiquent un savon très difficile à couper et qui solidifie rapidement, comme je n'aurais pas forcement le temps de le couper rapidement autant prendre mes précautions.

Le savon était effectivement dur 24h après.

Le résultat

Après six semaines de cure, j'ai un savon très dur, plus clair que les autres savons fait avec cette recette et légèrement scintillant. Les fleurs de lavande sont complétement décolorées. C'est un savon très agréable en main, il mousse peu, il sent bien la lavande. Il est légèrement desséchant, il faudra que je surgraisse un peu plus la recette pour une prochaine fois. Il est très légèrement exfoliant grâce au fleurs de lavande. Il sèche étonnamment vite: je prend ma douche le soir, il n'est plus humide le matin.

Et pour la suite?

Ce savon me plait beaucoup, je pense recommencer sur cette base. Le fat d'avoir un savon qui ne reste pas humide me laisse penser que la recette serait intéressante pour un savon de voyage ou un savon de piscine.

Reste un mystère quand même: l'eau salée empêche la dissolution du savon (en cours de physique, c'était même comme ça qu'on précipitais le savon pour le récupérer). Donc un savon au sel, ça lave comment, alors?

Publié dans recettes

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>