Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

test DMN: baume à lévre en deux versions

Publié le par Ma-L

J'avais fait un premier test de la cire d'abricot dans une crème, et il m'avait semblé que les propriétés étaient différentes de la cire d'abeille qu'elle peut remplacer. Pour en avoir le cœur net, j'ai testé dans un baume à lèvre.

Ingrédients

2g huile de prune

4g macérat de Calendla/olive

6g de cire d'abricot

6g de Karité

Mode opératoire

Faire fondre la cire d'abeille, ajouter les autres huiles en fouettant vivement. Si ça grummelle, remettre en chauffe. Un fois le tout homogène, refroidir en fouettant continuellement. Verser quand ça commence à prendre.

Résultat

Un baume qui fait le job, mais très tendre: en tube c'est pas très pratique, en pot c'est parfait. Comme je me demande s'il est tendre à cause de la cire d'abricot ou à cause de la formule générale: je mets plus souvent du beurre de cacao que du karité dans un baume à lèvres.

Du coup, je retente la même recette avec de la cire d'abeille, pour voir.

Ingrédients

6g de macérat de calendula/olive

6g de cire d'abricot

6g de Karité

Sans balance de précision

Résultat

Bon, j'ai eu du mal à le couler comme d'habitude, mais pour celui ci c'est l'inverse. Il est un peu dur dans le pot (c'est pas dramatique non plus mais appliqué au doigt ça peut faire des paquets), plus adapté au tube.

en vert cire d'abeille, en violet cire d'abricot
en vert cire d'abeille, en violet cire d'abricot

en vert cire d'abeille, en violet cire d'abricot

Conclusion

Tout d'abord ce test n'a pas été réalisé avec ma super balance de précision. Et vous pouvez aussi voir que ce n'est pas tout à fait la même recette. Dans un cas de l'huile de prune (j'ai fini le flacon) et dans l'autre seulement de l'huile d'olive. Du coup, ce que j'en conclus n'est pas forcement exact.

Néanmoins il me semble après les deux test que si la cire d'abricot peut remplacer la cire d'abeille, elle est cependant assez différente, et surtout plus souple. On obtiens du coup des textures assez agréable, mais peut-être un peu moins persistantes, et surtout moins solide avec le même dosage.

Publié dans visage

Partager cet article

Repost 0

deuxième essai de mon moule à marbrer

Publié le par Ma-L

Si on sait pas ce que j'ai voulu faire ça peu faire illusion... Par contre il a déphasé. Comme il était fort surgraissé il sera peut-être utilisable...

deuxième essai de mon moule à marbrerdeuxième essai de mon moule à marbrer

Partager cet article

Repost 0

Faire son baume à lévre, c'est écolo?

Publié le par Ma-L

Mon premier baume à lévres

Mon premier baume à lévres

Je précise: cette série d'article est basée sur ma façon de faire. Donc ce que je consommais avant, ce que je fais maintenant. A chacun d'adapter à sa consommation.

Chez moi, le baume à lèvre, c'était l'achat d'impulsion par excellence: j'ai pas de baume à lèvre, j'ai les lèvres sèches, et hop, j'en achète. Je ne me souviens pas d'en avoir fini un tube. Soit qu'il ne me convenait pas, soit que je l'avais oublié dans une poche, soit que le tube était trop grand pour l'utiliser avant qu'il s'abime.

Bon, et maintenant, le match.

Faire son baume à lèvre, c'est bio

Si on veut. Je n'ai jamais acheté de baume bio, mais une partie des ingrédient que j'utilise pour faire du baume à lèvre sont bio (cire d'abeille notamment). Tout dépend de ses habitudes d'achats.

Faire son baume à lèvre, c'est durable

Beaucoup de baumes à lèvre du commerce vont utiliser des dérivés de paraffine. A la maison je n'en mettrais pas. Donc oui.

Faire son baume à lèvre, c'est local

Ça serait possible: prendre la cire à un apiculteur du coin, utiliser des huiles locales. On pourrait. Mais moi non.

Faire son baume à lèvre, c'est végan

Ça peut. La graisse animale la plus employé dans les baumes à lèvres, c'est la cire d'abeille. Elle est remplaçable par des huiles dures (beurre de cacao) ou des cire végétales (souvent obtenues par ajout d'acide stéarique). Et on peut s'en passer, on obtient alors des textures fluides.

Faire son baume à lèvre c'est zéro déchet

Pas forcement. Pour moi oui. en général j'utilise ce que j'ai dans mes placard, et ce sont de très petites quantités. Et comme j'en fait au maximum deux fois dans l'année... on est vraiment dans une consommation marginale. Là ou ça consomme, par contre, ce sont les contenants. Les tubes à gloss et les tubes de rouge à lèvres ne sont pas réutilisable. Solution: les petits pots.

Faire son baume à lèvre, c'est économe en énergie

Allez savoir... Dans ce cas comparer le procédé industrielle et le procédé maison n'est pas évident. Ils utilisent une turbine là où c'est mon bras qui bosse, mais quand je fait fondre mes ingrédients je chauffe souvent plus le bol que la matiére...

Pour conclure

 

  Baume à lèvre du commerce Baume à lèvre maison
bio possible possible
durable possible oui
local non possible
végan possible possible
zéro déchet non possible
économe en énergie non non

 

Avantage net au fait maison cette fois. Ceci dit il y a encore mieux: identifier une huile ou un beurre (olive, karité...) utilisé pour autre chose et qui convient pour le soin de lèvre. Sans mélange ni préparation. Mais c'est moins drôle à faire...

Publié dans bavardages

Partager cet article

Repost 0