Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

savon noir de menage

Publié le par Ma-L

J'ai dû changer de calculateur, puisqu'hexabulle ne calcule pas la saponification à la potasse. J'ai donc utilisé mendrulandia.

Il me semble que les quantité d'eau ne sont pas les même que pour la soude, mais je n'en étais pas certaine. Du coup je suis partie sur la même base quitte à obtenir un savon trop liquide.

Les ingrédients

70 g d'huile d'olive

30g d'huile de lin celle du rayon bricolage (qui sent la pâte à bois), pas celle du rayon alimentaire.

18g de potasse

50g d'eau

Pas d'HE ni de fragrance, j'ajouterais au fur et à mesure de l'utilisation.

J'ai utilisé la méthode au micro onde. Contrairement à ma première expérience, malgré un excès d'huile (ça à un peu fait floup, j'ai quelques grammes en plus), je n'ai pas eu d'huile surnageant. J'ai mis environ 3/4 d'heure à arriver au résultat, en chauffant par tranche de 2 minutes, d'abord à puissance moyenne, puis à décongélation.

J'ai fait un premier essai de dilution: 20 g savon, 50 eau. C'est bien trop liquide pour faire un produit vaiselle. Je m'en suis servie pour réaliser une pierre d'argile.

J'ai ensuite testé une recette de produit pour les sols que j'avais depuis longtemps en réserve... ça marche plutôt bien.

Le coût

70 centimes d'huile d'olive, 12 centime d'huile de lin, 25 centimes de potasse. Soit 1 euros 7 pour un demi pot de confiture (qui devrait me durer entre 3 et 6 mois selon les utilisations).

En images

Je ne fais pas de pas à pas puisque les liens que j'ai donné sont clairs, mais si vous avez des questions n'hésitez pas à les poster en commentaire.

1 kilo de potasse:20 g tout les 6 mois j'en ai pour 25 ans

1 kilo de potasse:20 g tout les 6 mois j'en ai pour 25 ans

l'aspect en cours de fabrication
l'aspect en cours de fabrication
l'aspect en cours de fabrication

l'aspect en cours de fabrication

Attention: trop chaud ou trop longtemps ça déborde: vraiment utiliser le minimum de puissance

Attention: trop chaud ou trop longtemps ça déborde: vraiment utiliser le minimum de puissance

à gauche la dilution, à droite le savon (je pense que l'opacité est dûe à l'excés d'huile)

à gauche la dilution, à droite le savon (je pense que l'opacité est dûe à l'excés d'huile)

Partager cet article

Repost 0

Savon planète (savon de recyclage)

Publié le par Ma-L

Nouvelle année, bonnes résolutions, et place dans les placards (oui, je fais ce savon en janvier). j'ai fais un peu de tri dans mes huiles, macérats et baumes, et j'en ai sélectionnés plusieurs que je ne souhaitais pas garder, soit pour des questions de conservation soit parce que je ne comptais pas m'en resservir.

Notamment:

- un macérat de rose séché sur tournesol qui sent surtout l'huile

- un macérat de camomille sur olive dont après plusieurs test je ne compte pas me resservir

- un baume au macérat de menthe (olive + cire d'abeille)

- un baume anti-rhume fait un peu n'importe comment (olive + cire d'abeille)

- un baume pas solide pour les mains (ricin karité cire d'abeille)

Histoire d'équilibre un peu j'ai ajouté un reste de végétaline

Savon planète (savon de recyclage)

Depuis que j'avais vu le savon de Verna, je façonnais des boules (plus ou moins régulières) avec mes chutes de savons, dans l'idée de faire un savon planètes. Dans mon idée, ce savon devait être bleu nuit. En discutant avec d'autres savonniers, il se dégageait que pour obtenir un bleu/noir seul le charbon fonctionnerait...

Je suis pas fan des savons au charbon (la mousse noire), mais bon... J'ai envie de voir ce que visuellement ça va donner.

En fait en savonnant je me suis retrouvée avec une pâte d'un orange tellement vif que j'ai eu envie de voir ce que ça allait donner... j'ai donc versé un tiers de pâte sans charbon dans le moule avant de colorer... et c’était pas une bonne idée.

mes savons juste aprés la découpe... le orange vif est déjà en train de s'estomper, et le noir est plutôt vert

mes savons juste aprés la découpe... le orange vif est déjà en train de s'estomper, et le noir est plutôt vert

Le résultat

Du point de vue esthétique, c'est assez catastrophique. Le noir vire au vert, la pâte neutre est... neutre, un jaune/beige assez courant en savonnerie.

Du point de vue savon, par contre, il est très doux, très agréable, et grâce aux petites boules au sucre légèrement exfoliant mais sans excès (alors que les boules seules étaient inutilisable).

Pas de coût pour ce savon qui est un savon de récup.

Partager cet article

Repost 0

perdre 7 kilo en trois jours

Publié le par Ma-L

Si si, c'est possible... c'est naturel, mais de là à dire que c'est simple, sans danger et surtout sans douleur...

Si si, c'est possible... c'est naturel, mais de là à dire que c'est simple, sans danger et surtout sans douleur...

Cet été, vu la moindre disponibilité les admin des groupes sur facebook, j'ai vu passer un nombre assez impressionnant d'article du type "le truc miracle pour perdre 4 kilos en une semaine". Un de temps en temps ça prête à sourire. Une dizaine par jour, on remercie vivement les modérateurs qui filtrent avec abnégation ce genre d'inepties.

Mais alors que j'en parlais à mon mari, il m'a fait remarquer que c'était absolument possible de perdre beaucoup en très peu de temps, et que même ça allait pas tarder à m'arriver.

Effectivement, j'ai perdu ensuite 7 kilos en 4 jours (10 en une semaine). Bon, pour ça j'en avais auparavant pris 16 en neuf mois.

16 kilo ça fait beaucoup, non?

Ben non, en fait. Si vous allez sur un site français et faites le test "combien de kilo prendre pendant la grossesse", la réponse sera "entre 9 et 12 kilos". Faites le même test sur un site canadien, la réponse sera "entre 12 et 15 kilos". Tiens donc?

Mais surtout, étant à ma troisième grossesse, je sais que ces kilos je les perds assez facilement. Ayant été en surpoids pendant quasiment toute ma vie d'adulte, j'ai abordé ma première grossesse en me demandant comment ne pas trop prendre. J'ai donc fait très attention à manger équilibré (en mangeant à ma faim quand même, c'est à dire plus que d'habitude), à limiter au maximum les trucs pas dietetiquement correct, et à continuer d'avoir une activité physique... jusqu’à ce qu'on me dise que c'était bouger le moins possible ou accoucher prématurément. Sur cette première grossesse j'ai pris 12 kilos, alors que j'ai été semi alité deux mois, je m'en suis bien sortie.

Mais comme j'ai commencé ma grossesse en surpoids, j'ai eu le droit tout les mois, à toutes les consultations "ah, vous avez moins pris que la moyenne. Mais il faut faire attention, hein".

Au passage, on trouve couramment que les besoins en calorie supplémentaire de la femme enceinte c'est une pomme par jour. J'invite les rédacteurs de ce genre de fadaise à porter un sac à dos de 10 kilos toute la journée durant pour vérifier qu'une pomme suffit à compenser l'énergie nécessaire (et pour nous il ne s'agit pas de porter seulement, il faut le fabriquer ce bébé).

Sauf que... j'ai pris 12 kilos, et j'en ai perdu 14 dans les 8 mois qui ont suivi. Ce qu'il faut savoir, c'est que la cellulite, ce problème qui touche 95% des femmes, n'est pas juste là pour l'effet peau d'orange. C'est une réserve pour la grossesse et l'allaitement. Et un bébé ça mange, faut pas croire. Entre 0 et 6 mois il va doubler à tripler son poids, en se nourrissant quasiment que de lait. Il faut bien trouver ça quelque part, non?

Deuxième grossesse, repris 12 kilos, toujours en faisant attention, perdu 17 dans les 8 mois qui ont suivi. Et ça s'explique: deux enfants, deux fois moins de temps pour grignoter, deux fois plus d'énergie pour s'en occuper.

Je n'ai pas fait attention à ce que je mangeais pour le troisième (dormir ou manger équilibré, il faut choisir). J'ai donc pris un peu plus, 16 kilos au total. Mais il faut le savoir: dans les kilos de grossesse il y a minimum 6 kilos qui sont là pour le bébé (le bébé, le liquide amniotique, le placenta, l'augmentation du volume sanguin...). Comme Loulou est plutôt grand modèle, c'est probablement plus que ça.

Bon, c'est quoi le truc?

J'ai perdu mes kilos de grossesse et plus encore sans particulièrement faire attention (là encore, dormir ou manger équilibré, il faut choisir pour moi), et sans difficulté, et même presque malgré moi (puisque je n'avais au départ aucune envie de changer ma garde robe, ce qu'il à bien fallu faire...) . Mais j'avais auparavant modifié légèrement ma façon de manger (histoire de ne pas trop prendre pendant ma grossesse), et avoir des enfants a aussi modifié les choses.

Bon, comme souvent dans ce cas je donne des idées générales. Certains points de la liste sont suivi à tout les coups, mais d'autres seulement une fois sur deux.

1- tenir compte de sa faim (appliqué à 80%)

Comme beaucoup, j'ai été élevée dans l'idée qu'il était poli de finir son assiette. Comme en plus je suis plutôt gourmande et pas difficile, en général c'est ce que je fais. Mais quand on mange à la cantine, par exemple, est-il bien nécessaire de finir ses frites tiède? Pas vraiment. De même, prendre un dessert, un apéritif, du fromage (bon, mauvais exemple, je ne résiste pas au fromage) est optionnel. Ou presque, tout dépend du contexte. Ne pas manger plus que j'ai faim (et manger quand j'ai faim même si c'est pas l'heure - quand c'est possible) est la première chose que j'ai adopté.

2- Le sucre appelle le sucre (appliqué à 50%)

Vous vous en êtes surement rendu compte: grignoter sucré donne envie de recommencer peu après. C'est encore plus net avec les boissons. Donc réserver le sucre au gros coup de stress en dehors des repas, et préférer du salé ou du peu sucré pour le grignotage. Ou alors faire un vrai goûter, qui cale... D’après certaine études ça pourrait être le gout sucré qui serait en cause, pas seulement le sucre.

3- mais si j'avais soif en fait? (appliqué à 50%)

Dans beaucoup de cas une petite faim peut être un signe de soif. Commencer une collation par une boisson, et décider ensuite si on mangera un truc ou pas est une possibilité. Dans ces cas là, mieux vaut éviter les boissons sucrées et le café (qui ne désaltère pas).

4- planifier les repas (appliqué à 95%)

Je l'ai fait au départ dans un souci d'équilibre alimentaire, mais plus ça va plus c'est une question de survie aussi. En gros, nous devons répondre 14 fois par semaine à la question "qu'est-ce qu'on mange?". Si on le fait affamé et sans avoir rien de prévu, la réponse sera rarement raisonnable. Donc je planifie les repas en fonction du temps qu'on peut passer à les préparer, la liste de course est faites en conséquence, et j'ai au moins deux repas "de dépannage" pour les cas ou tout ne se passe pas comme prévu. Ça permet une meilleure gestion des stocks, moins de temps pour faire les courses, et une mise en route rapide le soir... autant de choses indispensables en fait.

5- Commencer par un légume (appliqué à 60%)

Préparer une soupe, ou une crudité, ça prend du temps (un peu), et donc on peut vouloir le zapper. Mais en mode "je fais attention" ça fait une sacrée différence. Le truc: en préparer pour plusieurs jours (la marmite de soupe nous fait trois jours, j'essaye de préparer une double ration pour les crudités). Et maintenant les filles en ont pris l'habitude, quand il n'y a pas elles réclament. Chouette, non?

6- planifier les craquage (appliqué à 60%)

Là j'ai vraiment envie de (chocolat, frites, mayonnaise, rayer les mentions inutiles)... bon, ben je le mets sur mes menus/liste de course de la semaine prochaine. Je sais que je vais les avoir, mes frites, mais pour le repas de midi de vendredi, pas pour le goûter aujourd'hui.

7- c'est dans le tiroir/placard/boite (appliqué à 80%)

On est bien d'accord, les gâteaux mous c'est pas bon. Du coup ce serais gâcher de ne pas finir le paquet, non? Non. Une boite à gâteau en métal (ou en plastique hermétique) fait parfaitement l'affaire. Les gâteaux secs se gardent des semaines ainsi. Et en plus ils ne sont pas visible... ce qui souvent suffit à éviter le grignotage compulsif. Et quand on a envie de bonbon/chocolat, on prend juste une portion, et on remet dans le tiroir. Pour en reprendre il faudra de nouveau ouvrir le tiroir... et du coup se poser la question "j'en ai envie, en fait?".

8- les règles des enfants sont... (appliqué à 100% sous peine de devoir partager)

On veut que les enfants goûtent à tout, mangent un peu de fruit et de légumes, ne mangent pas n'importe quoi n'importe quand... mais ils n'ont pas leur yeux dans leur poche. Le chocolat pour eux c'est à la fin des repas et c'est tout, les petits gâteaux c'est juste au goûter... du coup si on veut être crédible il faut aussi suivre les règles... ou attendre qu'ils soient ailleurs.

9- on ne finit pas les assiette des autres (appliqué à 95%)

Surtout, en fait "on ne fini pas les assiettes des enfants". Oui, il y a des gens qui meurent de faim à l'autre bout du monde. Mais manger une demie part de pizza froide coupée en petits bouts ne va pas les aider. Elle était bonne, cette pizza, mais finalement, à moitié mâchouillée par Poupette d'un coup c'est moins appétissant. Tant mieux!

10- je prendrais un dessert plus tard (appliqué à 80%)

Parce que là j'ai bien envie d'une crème caramel mais il en reste une seule. Donc si je la sors du frigo on va en venir au drame (ou alors il faudra la partager en trois). Et puis manger un yaourt en même temps que je donne la fin du sien à Poupette à la cuillère, tout en allaitant Loulou, c'est un peu trop sportif. Donc je prendrais un dessert plus tard. Quand ils seront couché.

Sauf qu'en fait en général un fois terminé le marathon débarbouillage/brossage de dent/histoire, j'ai plus faim en fait. Même pour un dessert.

Dans le même esprit, je me ressert moins facilement qu'avant: si je me ressers mais pas les enfants, j'ai un train de retard sur eux, et surveiller la sortie de table en mangeant mes carbonara n'est pas gérable.

11- assumer sa gourmandise (appliqué à 95%)

Il y a des trucs, c'est juste de la gourmandise. Le fromage, le chocolat, les glaces... c'est pour le plaisir et que pour ça. J'ai fait une fois un régime restrictif dans ma vie. Ça a duré deux jours. Manger des trucs pas terrible (c'était la pleine mode des sachets de protéines) pour avoir faim ensuite, non. Par contre, la gourmandise, c'est pour le plaisir. Donc il faut que ça soit un plaisir. Pas de chocolat bas de gamme, pas de petits gâteaux trop secs, pas de fromage sous plastique... Et on savoure.

Et pour finir

Pendant longtemps j'ai eu dans ma garde robe un ou deux pantalons "qui n’iront bien quand j'aurais perdu 3 kilos". Sauf que même en surpoids j'étais absolument stable, que je fasse ou non du sport (même poids mais plus jolie silhouette), que je prenne ou pas la pilule, que je mange très équilibré ou un peu moins (enfin pas trop longtemps quand même).

J'avais pas souhaité maigrir après ma seconde grossesse, j'ai été assez surprise voir un peu inquiète. Et surtout très très crevée (bon, en même temps à 2-3 réveils par nuit en travaillant à temps plein et en allaitant à mi-temps, ça commence à faire beaucoup pour une seule femme). Et le moment ou j'étais le plus crevée correspondait au pertes de poids les plus importantes. Du coup dés que je lis des régimes qui promettent plus de 4 kg en moins par mois, j'imagine l'épuisement qui va avec.

Bon, d'autres imaginent les profits qui vont avec...

Publié dans bavardages

Partager cet article

Repost 0

test DMN: crème pour les mains à l'aloé vera

Publié le par Ma-L

Dans son calendrier de l'avent, Valérie avait notamment glissé un tube de crème pour les mains qui était un vrai coup de cœur. Elle a partagé sa recette, restait pour moi à la refaire. N'ayant pas les mêmes ingrédients dans mes placard, je l'ai adapté à mon tour.

Ingrédients

12 g d'huile de camélia

Comme c'est une huile sèche elle est intéressante pour éviter l'effet collant. J'ai mis 12 g et non 10 parce que mon flacon était quasiment terminé.

10 g d'huile de ricin

réputée pour être un soin efficace pour les ongles. Les miens n'en ont pas besoin mais je suis partageuse.

5 g de cire émulsifiante n°3 ( ou glycéryl stéarate SE)

50 g d'eau

ajouts après émulsion:

20 g de gel d'aloé vera reconstitué (poudre concentrée d'aloé vera + gomme carraghénane)

2 g de poudre d'aloé pour 5 g de gomme carrghénane et 250 ml d'eau

10 gouttes de fragrance fleur d'oranger (LFDS)

20 gouttes d'optiphen

1 capsule de vitamine E

Mode opératoire

Émulsion en one pot puis ajout des autres composants.

Résultat

Mitigé: je suis contente de la texture (d'ailleurs ici le gel d'aloé est notamment un agent de texture), mais pas du toucher. Malgré l'huile de camélia j'ai un côté gras assez persistant, sans doute dû au ricin. La fragrance est par ailleurs un peu sur-dosée pour moi.

test DMN: crème pour les mains à l'aloé vera

Publié dans corps

Partager cet article

Repost 0

Ca passe au lave vaisselle ou pas?

Publié le par Ma-L

Je suis généralement partisane du moindre effort. Donc ce qui peut se laver au lave vaisselle va au lave vaisselle, c'est vrai aussi bien pour les jouets des filles que pour la tambouille. Sauf que tout ne passe pas au lave vaisselle.

Alors, on lave quoi au lave vaisselle:

- les plastique dur, non déformable (type couvercle)

- les plastique souple opaque (type flacon de gel douche du commerce)

- le verre

- le métal

- le silicone

Attention, pour les plastique mieux vaut toujours faire un cycle base température (60°C maximum)

Par contre on lave à la main

- les plastique souple, même peu genre plastique de bouteille ou couvercle de yaourtière

Et on le tente seulement si on a pas peur:

- le objets en bois ou en bambou (ils peuvent résister... ou se fendre, ou encore perdre leur vernis).

- les flacons et bouteilles quel que soit la matière: si des dépôts sèchent, il sera quasiment impossible de les relaver.

Et si on a envie, on peut faire une petite expérience: remplir une bouteille en PET d'eau très chaude (l'eau du robinet suffit, inutile de prendre de l'eau bouillante, et, avec précaution, la modeler... j'ai déjà vu des soliflore fait de bouteille d'eau du commerce compressé de cette manière...

Publié dans bavardages

Partager cet article

Repost 0

sels de bain café-chocolat

Publié le par Ma-L

sels de bain café-chocolat

Lucielle à récemment posté une recette de sels de bains à la fraise, et dans son article elle dit qu'elle a une commande pour des sels de bains au chocolat. J'avais un tout petit peu discuté avec elle à ce sujet, et il y avait deux obstacles: pas de fragrance chocolat dans ses placards, et comment colorer sans pour autant repeindre la baignoire... J'ai eu envie de relever le challenge.

Les ingrédients

J'ai collé autant que possible à la recette de Lucielle, avec quelques aménagements.

Pour la question du colorant, j'ai d'emblée éliminé oxydes et micas qui colorent la baignoire, puis l'argile et le cacao en poudre pour les même raisons. J'ai hésité à utiliser de l'extrait de vanille, mais ça aurait demandé un temps de séchage. J'ai finalement opté pour la vergeoise brune (sucre caramélisé), mais c'était un peut trop léger, du coup j'ai ajouté un petit peu de café soluble (qui en très petite quantité ne devrait pas avoir de conséquences). Il doit y avoir d'autres solutions possibles, comme le rapadura (un sucre de canne brut très foncé).

100 g de gros sel

30 g de maïzena (adoucissant, remplace l'amidon de riz)

10 g d'huile d'amande douce

2 g de fragrance chocolat (absolubio) je voulais en mettre un peu plus mais mon flacon était terminé

10 g de vergeoise

1 g de café soluble

Comme je voudrais que le colis parte rapidement, je ne teste pas... à Lucielle de dire si ça a été apprécié ou non.

Publié dans bain

Partager cet article

Repost 0

Un mois - un mot: pouponner

Publié le par Ma-L

Au moment ou j'écris impossible de savoir si bébé est déjà là ou s'il se fait attendre. Ce qui est certain, c'est que le mois de septembre sera uniquement consacré à la découverte de la vie à 5. Les publications devraient continuer tranquillement, puisque je les prévois à l'avance.

Par contre, aucune tambouille possible, peut-être même j’achèterais de la lessive (une fois par an, n'est-ce pas un peu excessif?)

Publié dans bavardages

Partager cet article

Repost 0