Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Baume à l'arnica

Publié le par Ma-L

J'adorais l'odeur de la crème à l'arnica étant petite, limite j'étais déçue de ne pas avoir de bosse pour en avoir. J'espérais bien retrouver cette odeur dans le macérat d'arnica que j'ai acheté, mais pas du tout. Zut.

C'est pas une raison pour le ne pas s'en servir, les deux poupées ont bien le droit d'avoir leur crème anti-bosse (surtout casse-cou comme elles sont).

J'ai fait deux baume le même jour donc je suis partie de la même base: J'ai donc utilisé la moité du mélange pour baume anti moustique raté ici, et j'y ai ajouté 5 ml de macérat d'arnica. Limite pas une recette, donc.

Je suis forcément pas super certaine que ça marche niveau soin des bleus et bosses, mais ça fait le job pour "tiens, de la crème pour plus avoir mal". Ce qui est le but, en fait.

Je l'ai utilisé la première fois un jour de grosse chaleur et c’était quasiment liquide (donc pas super pratique), mais depuis le temps s'est refroidi et la texture est tout à fait correcte.

Par contre mon pot n'est pas super pratique (un pot à confiture d’hôtel), trop grand pour le contenu (si si), du coup la prochaine fois j'utiliserais une boite de fard à paupière ou carrément un stick pour les lèvres.

Publié dans remèdes

Partager cet article

Repost 0

savon brique

Publié le par Ma-L

la brique du nord

la brique du nord

J'ai voulu faire un savon en hommage à ma région d'adoption. Le visuel est venu tout de suit, j'ai ensuite cherché une fragrance qui rappelle les gaufres, les ducasses, les endives (euh... non). On m'a suggéré barbapapa.

Les ingrédients

Pâtes colorées

100 g d'huile de coco hydrogénée (végétaline)

100 g d'huile d'olive

100 g d'huile de tournesol

100 ml d'eau

40 g de soude (surgraissage 10%)

La pâte est séparée en trois, et coloré avec un colorant différent:

première partie: 1 cs argile rouge

deuxième: 1 cs cacao

troisième 1 cs curcuma

3*40 gouttes fragrance barbapapa (absolubio)

au découpage ça sent plus les épices et le cacao que la fragrance. La pâte au curcuma est cassante, la pâte cacao très dense. C'est curieux comme les ajouts modifient le savon.

en orange le curcuma, en rose l'argile et marron le cacao

en orange le curcuma, en rose l'argile et marron le cacao

Pâte blanche

C'est la même base:

100 g d'huile de coco hydrogénée (végétaline)

100 g d'huile d'olive

100 g d'huile de tournesol

100 ml d'eau

40 g de soude (surgraissage 10%)

J'ai augmenté la fragrance (2,5 ml), et j'ai cherché une trace fine mais pas liquide.

le montage en image...
le montage en image...le montage en image...

le montage en image...

J'ai essayé de faire des rectangles de taille régulière... mais ce n'était pas tout à fait ça. Je les ai disposé par couche en alternant les couleur, la pâte blanche jouant le rôle du ciment. Puis j'ai attendu deux jours pour le démoulage.

A ma grande surprise la pâte blanche était fort collante, j'ai eu un peu de mal à lisser. Au final les "briques" sont trop grosse et pas assez alignées, mais tout de même c'est assez proche de ce que je voulais faire.

savon brique
savon brique

Et à l'usage?

Après un mois de cure c'est un savon bien ferme, qui produit une mousse fine assez agréable. L'odeur est très discrète, un peu trop à mon goût, mais assez conforme à ce que je voulais. Le savon ne se démonte pas, et il n'y a pas de différence de fonte entre les couleurs.

Et le coût?

A la louche: 1 euros de végétaline, 1 euros d'huile d'olive, 80 centimes d'huile de tournesol, 80 centimes de soude, 1 euros de fragrance, 10 centimes de colorants, soit 4 euros 700 le batch, pour six savons.

Partager cet article

Repost 0

Questionnaire cosméto

Publié le par Ma-L

Pour les swap (j'en suis à quatre), l'organisateur fait un questionnaire pour aider les participants à personnaliser. J'ai aussi envie de tambouiller pour mes proches, donc j'ai fait un petit questionnaire pour ceux qui ont envie de tenter l'aventure. Bien entendu je le personnalise... D'ailleurs si quelqu'un (de mes connaissances) est intéressé...

Quels produit j'utilise couramment
Qu'est-ce que j'apprécie dans ces produits
Qu'est-ce que je n'aime pas dans des produits de ce type
Qu'est-ce que j'aimerais mais je n'ai pas encore trouvé
Pour:
Cheveux
Visage
Corps
Mains
Pieds
Et je verrais ce que je suis capable de faire (inutile par exemple de te faire un truc que tu utilises deux fois par an: il serait périmé avant la deuxième utilisation, ou un truc dont tu es pleinement satisfaite par ailleurs, ce serait probablement moins bien).

Et vous, quand vous créez pour vos proche, ça se passe comment?

Publié dans bavardages

Partager cet article

Repost 0

Atelier savon à la potasse

Publié le par Ma-L

Coralie organisait un atelier découverte du savon à la potasse avec Christine Armand il y a quelques semaines, et comme nous n'habitons pas trop loin l'une de l'autre, c'était l'occasion à la fois de faire la connaissance de Coralie en vrai et de vérifier si la potasse valait le coup.

Christine a concocté avec une formulatrice une formule de savon prête à l'emploi et qu'on peu fabriquer en 20 minutes! J'avais plus souvent entendu parler de 3 ou 4 heures, ça change tout du coup. L'idée est d'en faire peu, pour que ça chauffe vite. Comme on l'utilise ensuite dilué, on peut avec 100 g d'huile obtenir jusqu’à un litre de savon liquide. Et comme ça va vite et que c'est utilisable immédiatement, quand y'en a plus, suffit d'en refaire.

Le plus difficile, c'est de trouver de la potasse. Coralie en a trouvé chez Gisella Manske, Christine se fournit plutôt chez mon droguiste (et le conseille pour certaine matière première, en faisant attention puisque les produits ne sont pas vendu spécifiquement pour la cosmétique), et elle nous dit que certains pharmaciens se laissent convaincre (mais c'est hors de prix).

Ma pharmacienne à moi m'a dit qu'elle n'avait pas le droit de vendre des produits chimiques purs, pour une question de traçabilité.

Un droguiste à l'ancienne pourrait aussi en avoir... mais là encore ceux que j'ai essayé m'ont dit que non.

Christine nous a également expliqué pourquoi la potasse était si difficile à trouver: impossible en France de l'envoyer par la poste. C'est apparemment d'ailleurs le seul pays européen a limiter ainsi... mais du coup il faut passer par un transporteur pour la livrer.

Bon, en même temps une fois qu'on en a 1 kilo on peut faire 50 litre de savon liquide.

Mais bref: tablier, gant, masque (si on veut: tout le monde n'a pas la même fragilité), et zou.

Christine à proposé deux méthodes: à la casserole, et au micro-onde. Comme plusieurs des stagiaires étaient organisée, nous avions le matériel (mixeur, fouet, casseroles) en suffisance, on a donc pu travailler en parallèle.

Comme toutes mes casseroles à la maison sont antiadhésives, j'ai choisi d'utiliser le micro onde.

Bon, le savon noir au micro-onde, c'est comme la confiture ou la compote: on a intérêt à en mettre un tout petit peu dans un récipient bien haut, sinon ça déborde. On commence par mixer un bon coup les huiles et la potasses. On met à chauffer petit peu par petit peu (avec le micro onde de Coralie, 2 minutes en décongélation), en remuant entre deux chauffe (au mixeur ou au fouet, l'essentielle étant que ça ne déphase pas), quand ça mousse ça devient bon et quand ça ne mousse presque plus c'est fini.

Il m'a fallu 7-8 fois 2 minutes pour obtenir la pâte à savon.

Si on souhaite ajouter des HE mieux vaut attendre que ça refroidisse un peu (mais pas trop sinon c'est solide). Pour une fragrance on peu la mettre immédiatement. Il est aussi possible de faire les ajouts pendant la dilution.

J'ai choisi d'utiliser la fragrance Néroli... je crois que je vais la commander: elle sent vraiment la fleur d'oranger.

Christine proposait de diluer de suite (c'est plus facile à chaud, ça évite les paquets). On peut ajouter jusqu’à 1 litre de liquide (eau, eau+glycérine, lait, lait végétal). Mais pour obtenir une certaine viscosité, 300 ml c'est pas mal.

Le savon noir est un savon de gommage: il est assez agressif. Pas moyen de le surgraisser (2-3% pas plus), les huiles en supplément flotteraient, tout bêtement. Pour l'adoucir, Christine a ajouté de la glycérine à sa formule et conseille de le diluer dans un mélange 50% eau 50% glycérine. D'autres agents hydratant peuvent être utilisés. Le test est en cours chez moi, je vous en reparlerais.

Contrairement à ce que j'avais craint sur d'aussi petites quantités, on peu se permettre de n'être pas tout à fait précis. J'ai eu du mal à doser les huiles et donc je n'ai pas respecté la recette à la lettre, j'ai légèrement sous dosé la potasse...

On s'est demandé pourquoi j'avais deux phases...

On s'est demandé pourquoi j'avais deux phases...

Et du coup j'ai un peu d'huile en trop, qui surnage. Rien de grave, au contraire, c'est rassurant.

Un truc très surprenant: ce savon à un pH proche de 7. En fonction du liquide de dilution, il pourrait même passer en dessous (pas beaucoup, mais quand même, et dans ce cas il faudra un conservateur). Ce qui en fait apparemment un shampoing tout à fait acceptable. Il faut que je teste ça aussi.

Coralie pense organiser d'autres ateliers avec Christine chez elle. Si vous voulez passer une bonne après-midi savon, avec petits gâteaux et bonne ambiance, surveillez son blog ou celui de Chrisitne...

Publié dans bavardages, recettes

Partager cet article

Repost 0

Huiles essentielles - Marie-France Muller, Hachette Pratique

Publié le par Ma-L

Huiles essentielles - Marie-France Muller, Hachette Pratique

Je continue l'exploration des livres qui me tombent sous la main, et celui-ci sort de la bibliothèque municipale. Il date de 2006, mais je ne suis pas certaine qu'il soit encore éditée sous cette forme.

Il est assez simple: un point sur les huiles essentielles et leur utilisations les plus courante, un tableau récapitulatif, et 30 huiles essentielles avec pour chacune plusieurs utilisations. Ça ne se veut pas un livre de médecine, beaucoup de recette sont préventives, mais c'est clair et facile d’accès. Une bonne entrée dans l'aroma pour les débutant, dont je suis.

Je vais recopier quelques petites choses, des synergies d'HE pour faire des sels de bains, un massage décontractant ou un baume antirhume. Je vous tiendrais au courant des tests...

Publié dans livres

Partager cet article

Repost 0

test: vinaigre de camomille

Publié le par Ma-L

Il y a quelques mois, j'ai mis à macérer des fleurs de camomille (romaine) dans du vinaigre de cidre. Ce soir je me décide enfin à filtrer. Mauvaise surprise: les fleurs ont énormément bu et il ne me reste pas grand chose (je dirais dans les 30-40 ml). Je pensais pouvoir faire deux rinçage avec mais en fait, non, un seul sera possible.

Le vinaigre sens fort le vinaigre, un peu la camomille. J'ai envisagé de faire deux tests: cheveux et visage.

Test visage:

Comme j'avais pas des masses de produit, j'ai tout bêtement utilisé la mousseline que j'ai utilisée pour filtrer. Je l'ai légèrement mouillée à l'eau pour diluer (le vinaigre de toilette sur les recettes que j'ai trouvée est dilué à 50/50).

Contrairement à mes craintes ça ne pique pas du tout, c'est même assez agréable, frais. Par contre, ça sèche, ou du moins ça en donne l'impression.

Il s'agissait d'un test ponctuel pour moi, puisque le vinaigre est plutôt conseillé pour les peaux grasses ou a problèmes, et moi j'ai une peau normale sans trop de problème, sinon de sécheresse par moment.

Test cheveux:

J'avais lu que le vinaigre en rinçage est à diluer dans un rapport d'un verre pour 1 litre, ce qui donne environ 1/4 ou 1/5. J'ai donc essayé de respecter ces proportions. Même comme ça ça sent fort le vinaigre, dans le récipient, et sur mes cheveux... et comme ça ne se rince pas, faut attendre que ça disparaisse tout seul... le lendemain matin ça allait mieux.

Mes cheveux par contre n'étaient pas vraiment différents de d'habitude. Donc une odeur désagréable pour un résultat pas transcendant.

Après coup, j'ai trouvé des proportions allant de une cuillère à soupe à cinq cuillère à soupe pour un litre, donc j'aurais pu diluer plus. Apparemment ça sent quand même tant que les cheveux ne sont pas sec.

Un détail curieux: le vinaigre dans son pot était marron, mais une fois dilué dans l'eau du bain c'était vert franc. C'est la première fois que j'ai un bain coloré avec mes tambouilles...

Et pour la suite:

J'aime bien l'idée mais le résultat ne me séduit pas... A retester quand même sur les cheveux, avec une meilleure dilution...

Publié dans cheveux, visage, ratages

Partager cet article

Repost 0

savon au miel

Publié le par Ma-L

J'avais depuis très longtemps envie de faire des savons au miel, mais voilà, j'avais toujours un autre savon à faire. Mais là mon stock de savon pour les petit s'amenuise, j'avais donc besoin de le renouveler, et le savon au miel et les petits bout, ça va bien ensemble, non?

On recommande en général de ne pas mettre plus d'une cuillère de miel pour un batch. En cause, la chauffe, et je confirme ça chauffe énormément. On recommande aussi en général de ne pas dépasser 5% de cire d'abeille. Mais j'avais envie d'un savon de la ruche, du coup j'ai largement excédé ces quantités... il faut toujours que j'essaye.

J'ai choisi l'huile de colza pour ce savon en référence aux champs de colza de Picardie, qui doivent être une ressource de choix pour les abeilles... enfin j’espère. Volontairement pas de fragrance, je voulais voir ce que ça donnait sans.

Les ingrédients

340 g d'huile de colza

120 g d'huile de coco hydrogénée

40 g de cire d'abeille

60 g de soude

150 ml eau

(surgraissage à 10 %)

à la trace une très grosse cuillère de miel cristallisé (l'équivalent de 4 cuillère à soupe de miel liquide);

Mode opératoire

J'ai préparé la soude, j'ai fait fondre les huiles. J'ai commencé à mélanger à la cuillère, mon précédent savon au colza ayant eu une trace assez rapide. Comme en plus je m'attendais à un figeage rapide de la pâte (mon bol à savon garde la chaleur donc réaction rapide + présence importante de cire d'abeille qui fige à basse température + miel qui chauffe et donc accélère la réaction= tout peut arriver).

Je n'ai pas attendu un trace franche pour ajouter le miel, là encore en m'attendant à ce que de toute façon tout aille très vite ensuite.

Bon. Ça chauffe. Fort. Mais bizarrement ma pâte deviendrait plutôt plus liquide, alors que je m'attendais au contraire. Bon, ben tant mieux, non?

Je commence à verser la pâte dans les moules animaux, le détail à son importance. J'enchaine sur les moule bonhomme. Ma pâte à pris 2 ton de plus, elle est passé de couleur cire à caramel. Je termine par le moule rond (boite de chips) et heureusement, il ne reste plus beaucoup de pâte.

impressionnant, non?

Vu la réaction, je m'attends à un truc carrément bizarre pour le moule rond. Le bouillonnement est dans doute dû à la quantité de pâte + l'aluminium de la boite, qui limite le refroidissement contrairement aux petits moule silicone.

Démoulage 4 jours plus tard, et à ma grande surprise, ça sent super bon. L'odeur va t'elle tenir? rendez-vous après la cure.

en début de cure

en début de cure

Le coût

83 centimes d'huile de colza, 67 centimes de végétaline, 1 euros de cire, 60 centimes de soude, 50 centimes de miel

Soit 3 euros 60 le batch, ce qui donne dans les 26 centimes le savon.

Le test

Et bien c'est un savon qui mousse bien, qui est très agréable, vraiment dur (ça me change, moi qui fait des savons mous). Par contre la couleur miel n'est qu'en surface: à l'intérieur c'est plutôt caramel. L'odeur est restée, assez proche du miel mais légèrement caramélisée.

Du coup je suis plutôt contente d'avoir dépassé les quantités recommandées... même si mon savon n'est pas aussi joli qu'on pourrait le vouloir, il me plait beaucoup.

Publié dans recettes

Partager cet article

Repost 0

Créme maman/bébé calendula et fleur d'oranger

Publié le par Ma-L

Ma Nouchette avec la chaleur recommence à faire de l’eczéma, et mon pot de crème au calendula commençait à dater un peu. Comme nous partions en vacances peu après, je me suis dit "pourquoi pas en faire une seule pour nous deux". Je me suis donc inspirée de mes autres beurres corporels, avec des ingrédients tout doux.

Ingrédients

30 ml de macérat de calendula

1 cuillère à café de beurre de karité

2 cuillère à café de cire numéro 3

60 ml d'hydrolat de fleur d'oranger

L'hydrolat que j'utilise contient déjà un conservateur, je n'en ajoute donc pas)

Mode opératoire

J'ai travaillé en one pot, mais en faisant autre chose en même temps dans le même bain marie (et j'aurais pas du). Je n'ai qu'un seul mini fouet, j'ai donc utilisé une fourchette, c'est un peu plus long mais ça le fait. Par contre mon bain marie n'étais pas tout à fait assez chaud, et la cire n'a pas autant fondu qu'elle l'aurais du. Du coup, ça fait des grains... C'est pas trop grave, ça m’empêchera pas de l'utiliser.

on peut faire une émulsion à la fourchette

on peut faire une émulsion à la fourchette

Le résultat

Un crème très riche, très grasse, un peu trop pour la saison mais qui conviendra à Nouchette et qui sent très bon.

Le cout

10 centime de macérat de calendula

22 centimes de karité

7 centime de cire numéro 3

3 euros d'eau de fleurs d'oranger

soit 3 euros 39 pour environ 100 ml

Et pour la suite

On vera ce qu'elle en pense, mais cette histoire de cire mal dissoute me fait me demander si la cire ne pourrait pas s'utiliser comme exfoliant... je creuse ou pas?

Publié dans corps

Partager cet article

Repost 0