Atelier savon à la potasse

Publié le par Ma-L

Coralie organisait un atelier découverte du savon à la potasse avec Christine Armand il y a quelques semaines, et comme nous n'habitons pas trop loin l'une de l'autre, c'était l'occasion à la fois de faire la connaissance de Coralie en vrai et de vérifier si la potasse valait le coup.

Christine a concocté avec une formulatrice une formule de savon prête à l'emploi et qu'on peu fabriquer en 20 minutes! J'avais plus souvent entendu parler de 3 ou 4 heures, ça change tout du coup. L'idée est d'en faire peu, pour que ça chauffe vite. Comme on l'utilise ensuite dilué, on peut avec 100 g d'huile obtenir jusqu’à un litre de savon liquide. Et comme ça va vite et que c'est utilisable immédiatement, quand y'en a plus, suffit d'en refaire.

Le plus difficile, c'est de trouver de la potasse. Coralie en a trouvé chez Gisella Manske, Christine se fournit plutôt chez mon droguiste (et le conseille pour certaine matière première, en faisant attention puisque les produits ne sont pas vendu spécifiquement pour la cosmétique), et elle nous dit que certains pharmaciens se laissent convaincre (mais c'est hors de prix).

Ma pharmacienne à moi m'a dit qu'elle n'avait pas le droit de vendre des produits chimiques purs, pour une question de traçabilité.

Un droguiste à l'ancienne pourrait aussi en avoir... mais là encore ceux que j'ai essayé m'ont dit que non.

Christine nous a également expliqué pourquoi la potasse était si difficile à trouver: impossible en France de l'envoyer par la poste. C'est apparemment d'ailleurs le seul pays européen a limiter ainsi... mais du coup il faut passer par un transporteur pour la livrer.

Bon, en même temps une fois qu'on en a 1 kilo on peut faire 50 litre de savon liquide.

Mais bref: tablier, gant, masque (si on veut: tout le monde n'a pas la même fragilité), et zou.

Christine à proposé deux méthodes: à la casserole, et au micro-onde. Comme plusieurs des stagiaires étaient organisée, nous avions le matériel (mixeur, fouet, casseroles) en suffisance, on a donc pu travailler en parallèle.

Comme toutes mes casseroles à la maison sont antiadhésives, j'ai choisi d'utiliser le micro onde.

Bon, le savon noir au micro-onde, c'est comme la confiture ou la compote: on a intérêt à en mettre un tout petit peu dans un récipient bien haut, sinon ça déborde. On commence par mixer un bon coup les huiles et la potasses. On met à chauffer petit peu par petit peu (avec le micro onde de Coralie, 2 minutes en décongélation), en remuant entre deux chauffe (au mixeur ou au fouet, l'essentielle étant que ça ne déphase pas), quand ça mousse ça devient bon et quand ça ne mousse presque plus c'est fini.

Il m'a fallu 7-8 fois 2 minutes pour obtenir la pâte à savon.

Si on souhaite ajouter des HE mieux vaut attendre que ça refroidisse un peu (mais pas trop sinon c'est solide). Pour une fragrance on peu la mettre immédiatement. Il est aussi possible de faire les ajouts pendant la dilution.

J'ai choisi d'utiliser la fragrance Néroli... je crois que je vais la commander: elle sent vraiment la fleur d'oranger.

Christine proposait de diluer de suite (c'est plus facile à chaud, ça évite les paquets). On peut ajouter jusqu’à 1 litre de liquide (eau, eau+glycérine, lait, lait végétal). Mais pour obtenir une certaine viscosité, 300 ml c'est pas mal.

Le savon noir est un savon de gommage: il est assez agressif. Pas moyen de le surgraisser (2-3% pas plus), les huiles en supplément flotteraient, tout bêtement. Pour l'adoucir, Christine a ajouté de la glycérine à sa formule et conseille de le diluer dans un mélange 50% eau 50% glycérine. D'autres agents hydratant peuvent être utilisés. Le test est en cours chez moi, je vous en reparlerais.

Contrairement à ce que j'avais craint sur d'aussi petites quantités, on peu se permettre de n'être pas tout à fait précis. J'ai eu du mal à doser les huiles et donc je n'ai pas respecté la recette à la lettre, j'ai légèrement sous dosé la potasse...

On s'est demandé pourquoi j'avais deux phases...

On s'est demandé pourquoi j'avais deux phases...

Et du coup j'ai un peu d'huile en trop, qui surnage. Rien de grave, au contraire, c'est rassurant.

Un truc très surprenant: ce savon à un pH proche de 7. En fonction du liquide de dilution, il pourrait même passer en dessous (pas beaucoup, mais quand même, et dans ce cas il faudra un conservateur). Ce qui en fait apparemment un shampoing tout à fait acceptable. Il faut que je teste ça aussi.

Coralie pense organiser d'autres ateliers avec Christine chez elle. Si vous voulez passer une bonne après-midi savon, avec petits gâteaux et bonne ambiance, surveillez son blog ou celui de Chrisitne...

Publié dans bavardages, recettes

Commenter cet article

Coralie A 11/10/2014 22:51

très chouette compte rendu bravo!!!! j'en profite pour annoncer le prochain le 16/11/14 atelier patisavonnerie chez moi !!! les cures seront finies pour Noel